Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
J.-H. Rosny

BIBLIO : Nell Horn

, 02:23am

Publié par Fabrice Mundzik

Nell Horn de l'Armée du Salut est le premier texte de Joseph-Henri Boex qui porte la signature J.-H. Rosny.

Précisons que le manuscrit de Nell Horn fut proposé sous le nom Raismet, puis celui de N. Roche Claude, enfin sous le nom J.-H. Rosny.

A l'époque de la parution de ce roman, en 1886, il ne collaborait pas encore avec son frère Séraphin-Justin. L'année précédente, il publia "Sur le calvaire", sous le pseudonyme J.-H. Boèce, dans La Revue Moderniste.

Il commença l'écriture de Nell Horn, ou Poor Nell comme il l'appelle dans une lettre à Émile Zola, vers 1880/1881, alors qu'il vivait encore en Angleterre.

Cette expérience londonienne fait d'ailleurs dire à Gustave Geffroy, dans une critique publiée en 1890 :

"Ce Français, qui a vécu de longues années de jeunesse à Londres, s'est imprégné à ce point de l'atmosphère matérielle et de l'atmosphère morale de la ville qu'il a écrit, en une langue française très souple et très fine, un roman anglais qui est aussi anglais que les plus anglais par la tournure des dialogues et la perception des sentiments."

J.-H. Rosny aîné est revenu de nombreuses fois sur ce roman des mœurs londoniennes qui lui a ouvert les portes du "Grenier Goncourt", puis de l'Académie Goncourt, dans ses mémoires ("Mémoires de la vie littéraire") et souvenirs ("Torches et lumignons").

"Je revois encore ce pauvre volume, d'un jaune faux, aux étalage des librairies, et surtout à l'Odéon, où je ne pouvais m'empêcher de lui rendre visite... C'était l'été, juillet, en 1886. Presque tous les gens capables de débourser 2 fr. 75 pour un volume avaient disparu. Nell Horn se couvrait de poussière."

Armand Rio raconte aussi cette épisode dans "J.-H. Rosny aîné, de l'Académie Goncourt" :

"J.-H. Rosny venait de terminer un roman sur les moeurs londoniennes, Nell Horn, de l'Armée du Salut. Il fallait trouver l'éditeur, courir Paris. Le jeune et timide Rosny tremblait au seuil des grandes firmes ; il poussa modestement la porte d'une petite librairie de la rue Drouot. Le hasard voulut que le vieux libraire qui la tenait alors, amoureux de son métier et célèbre parmi gens de lettre et bibliophiles, fût le plus fin des connaisseurs. Il lut Nell Horn et le publia. Succès comme bien on pense, en de telles conditions de lancement, plus que médiocre : deux cent vingt-cinq exemplaires, deux cent cinquante francs de droits d'auteur !... Mais le lendemain le nom du jeune Rosny courait les journaux littéraires. Le Cri du Peuple, de Jules Vallès, portait aux nues le nouveau génie « naturaliste »."

Tiré à 1000 exemplaires et imprimé sur du papier de qualité médiocre, rares sont les copies de l'édition originale arrivées jusqu'à nous en bon état...

L'exemplaire detenu par Bertrand Hugonnard-Roche (Librairie Ancienne et Moderne - L'amour qui bouquine) est d'autant plus exceptionnel qu'il présente un envoi manuscrit à l'Homme de lettres, bibliophile et journaliste qu'était Octave Uzanne.

Cette édition est présentée dans le sujet : J.-H. Rosny aîné "Nell Horn, de l'Armée du Salut" (Giraud - 1887) [dédicacé à Octave Uzanne]

"L'été passa ; il devint évident que même le premier mille de Nell, pour lequel j'avais reçu, avec un plaisir craintif, 250 francs d'honoraires, que même le premier mille demeurerait pour la plus grand part aux mains de Giraud et compagnie."

Fin 1886, Giraud cède la place à Albert Savine, véritable propriétaire de la maison Giraud et Cie :

"Savine consentit à un petit relancement de Nell Horn, dont il avouait que la mise en vente avait été sabotée — outre qu'elle avait eu lieu dans le coeur de l'été..."

En 1888, Georges Clemenceau demande à J.-H. Rosny aîné l'autorisation de republier Nell Horn de l'Armée du Salut dans le journal La Justice qu'il a fondé en janvier 1880 avec Camille Pelletan.

Extrait d'une discussion entre les deux hommes, que relate J.-H. Rosny aîné (et que vous pouvez lire dans on intégralité en cliquant ici) :

— [...] Est-ce que vous travaillez au hasard ?

— Avec beaucoup de méthode au contraire... Mais la mienne... bonne seulement pour moi et peu définissable.

— Mais le plan ? exclama-t-il en piétinant... le plan de Nell Horn ?

— Des notes d'abord... des scènes de la vie prises sur le vif... des descriptions de rues... de parcs... Tout est encore vague... puis, un jour, le récit central... Nell Horn et sa famille... l'arrivée de Juste... l'abandon... la misère... J'ai recommencé ce plan bien des fois... et ça ne peut vous servir à rien...

— Pourquoi ?

— Parce que Nell Horn a vécu en moi pendant quatre ans [...]

En 1904, le projet d'une "Édition définitive revue et corrigée des œuvres de J.-H. Rosny" est annoncé chez Joanin : Nell Horn de l'Armée du Salut devait porter le n°2 de cette "Édition de luxe tirée sur papier chiffon, format in-8° carré". Ce projet, proposé en souscription, fut abandonné...

Il faut noter que si le roman Nell Horn est bien de la main de J.-H. Rosny aîné, la Convention littéraire de 1935 stipule que l'adaptation théâtrale est une œuvre collective qui doit donc être attribuée aux deux frères, sous la signature J.-H. Rosny.

A ce sujet, se référer au dossier "Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ?" publié dans Le Visage Vert n°23 de novembre 2013.

Bibliographie (non exhaustive)

  1. 1886 - Giraud
  2. 1886 - Giraud [dédicacé à Octave Uzanne]
  3. 1887 - Albert Savine
  4. 1888 - in La Justice [en 81 parties]
  5. 1900 - Ollendorff
  6. 1907 - Copie manuscrite autographe, signée et datée de novembre 1907 (B.N.F.)
  7. 1910 - Albin Michel
  8. 1913 - Ollendorff
  9. 1922 - Flammarion [édition définitive]
  10. 1936 - in Les Plus belles pages de J.-H. Rosny aîné (Flammarion)
  11. 1940 - in Triptyque n°131
  12. 1961 - in Choix de Textes de J.-H. Rosny aîné (La Colombe)
  13. 2011 - Classique Garnier

Théâtre :

Varia :

http://jhrosny.overblog.com/ : Bibliographie J.-H. Rosny aîné "Nell Horn de l'Armée du Salut"

http://jhrosny.overblog.com/ : Bibliographie J.-H. Rosny aîné "Nell Horn de l'Armée du Salut"