Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

J.-H. Rosny aîné et A. Conan Doyle

, 03:02am

Publié par Fabrice Mundzik

Il y a 100 ans, la revue Je Sais Tout publiait "La Force mystérieuse" de J.-H. Rosny aîné en 5 parties, du n°96 (15 janvier 1913) au n°100 (15 mai 1913). Ce roman, repris chez Plon au premier trimestre 1914, propose en en guise d'avant-texte un Avertissement de J.-H. Rosny aîné  :

AVERTISSEMENT

Le 11 mars 1913, un ami américain m’adressait le billet suivant :

"Avez-vous cédé à un écrivain anglais – et des plus célèbres – le droit de refaire votre roman qui paraît actuellement dans Je sais tout ; lui avez-vous donné le droit de prendre la thèse et les détails, comme le trouble des lignes du spectre, l’excitation des populations, les discussions sur une anomalie possible de l’éther, l’empoisonnement de l’humanité – tout ? Le célèbre écrivain anglais publie cela en ce moment sans vous nommer, sans aucune référence à Rosny Aîné, en plaçant la scène en Angleterre."

À la suite de cette lettre, je parcourus le numéro du Strand Magazine, où mon confrère britannique, M. Conan Doyle, commençait la publication d’un roman intitulé : The Poison Belt. Effectivement, il y avait entre le thème de son récit et le thème du mien des coïncidences fâcheuses, entre autres le trouble de la lumière, les phases d’exaltation et de dépression des hommes, etc. – coïncidences qui apparaîtront clairement à tout lecteur des deux œuvres.

J’avoue que je ne pus, vu l’extrême particularité de la thèse, refréner quelques soupçons, d’autant plus que, en Angleterre, il arrive assez fréquemment que des écrivains achètent une idée, qu’ils exploitent ensuite à leur guise : quelqu’un avait pu proposer mon sujet à M. Conan Doyle. Certes, une coïncidence est toujours possible et, pour mon compte, je suis enclin à une large confiance. Ainsi, j’ai toujours été persuadé que Wells n’avait pas lu mes Xipéhuz, ma Légende sceptique, mon Cataclysme, qui parurent bien avant ses beaux récits. C’est qu’il y a dans Wells je ne sais quel sceau personnel, qui manque à M. Conan Doyle.

N’importe, mon but n’est pas de réclamer. Je tiens pour possible une rencontre d’idées entre M. Conan Doyle et moi ; mais comme je sais, par une expérience déjà longue, qu’on est souvent accusé de suivre ceux qui vous suivent, j’estime utile de prendre date et de faire remarquer que Je sais tout avait fait paraître les deux premières parties de La Force mystérieuse quand The Poison Belt commença à paraître dans le Strand Magazine.

Pourquoi reparler de cette querelle ancienne ? Pour faire écho à un article publié par Jean-Luc Boutel sur L'Autre face du Monde et repris sur la page Facebook du Club des Savanturiers.

A sa lecture, l'envie de terminer un billet commencé il y a déjà un moment et mis de côté parmi quelques autres articles à finir "un jour" s'est fait ressentir...

Jean-Luc Boutel nous dit qu'il est "un fait établi, que l’œuvre conjecturale de Conan Doyle fait preuve d'une grande originalité et malgré le léger sous entendu de Versins dans son encyclopédie et relatif aux étranges similitudes entre « Le ciel empoisonné » de cet auteur et de « La force mystérieuse » de J.H. Rosny, il n'en reste pas moins qu'il est fort regrettable que l'écrivain Anglais n'ait écrit que très peu de textes de science-fiction [...]".

A la lecture des propos tenus par Pierre Versins dans l'article consacré à J.-H. Rosny aîné de son "Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction", "léger sous entendu" est un euphémisme...

Tout d'abord, Pierre Versins parle de "Nymphée", des frères Rosny, qui se rattache au "thème du « monde perdu » auquel Rosny aîné s'il ne l'a pas inventé, a donné ses lettres de noblesse bien avant Conan Doyle" (1), avant de poursuivre un peu plus loin avec le roman "La Force mystérieuse" : "La publication de ce roman dans Je sais tout était déjà bien avancée lorsque Conan Doyle donna Le ciel empoisonné au Strand Magazine en Angleterre. Des deux récits plus ou moins parallèles, celui de Rosny toutefois se détache par une plus grande finesse dans l'invention scientifique" (2).

En consultant l'entrée de son encyclopédie sur Sir Arthur Conan Doyle, nous trouvons les mêmes propos : "une question se pose, que nous ne résoudrons pas, quand bien même le chauvinisme nous pousserait à prendre parti. Car il se passa quelque chose de curieux, en 1913, une étrange coïncidence : en avril commençait dans le Strand Magazine la publication du Ciel empoisonné […] Or, du 15 janvier au 15 avril avait paru et paraissait dans Je sais tout La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné [...]".

Après moult détails et citations de textes de Conan Doyle présentant des similitudes avec des écrits d'autres auteurs, Pierre Versins dépasse le stade des "allusions" pour conclure que "Conan Doyle, différent en cela de l'immense majorité des écrivains anglo-saxons (3), n'ignorait pas le français. Bien qu'il soit souvent difficile de parler de plagiat ou même d'influence en Science Fiction, dans le cas de Sir Arthur Conan Doyle, la fréquence et la précision des rapprochements possibles (4) semble être un peu forte...".

Conclusions qui semblent hâtives. Il termine en citant trois références de textes décrivant des idées similaires à celles proposées par J.-H. Rosny aîné et Conan Doyle et qui ont été publiés antérieurement. Il est toujours possible de se demander si les textes de (1839), (1872) et (1906) ont influencé ce grand lecteur qu'était Rosny ?

Dans son article, Jean Luc Boutel précise que "sur la question d'un éventuel plagiat, avec le recul il ne fait aucun doute que ses similitudes de thématiques font parties de ces facteurs de coïncidences propre à l'inspiration d'une multitude d'auteurs et dont l'imagination sans cesse en activité rédigeront, par le plus pur des hasard, des textes pouvant ressembler à l'œuvre d'un autre confrère.".

Influence, plagiat... le débat risque de durer une éternité, mais étant en panne de pop-corn, je préfère le garder pour un autre occasion.

D'autant plus que ce débat autour de "L'Incident Conan Doyle / Rosny aîné" a déjà eu lieu en 1914 au travers de la Presse : les lettres-ouvertes entres critiques, traducteurs, agents littéraires et auteurs sont très croustillantes. En voici quelques extraits :

1e round [un critique littéraire] : "Le sujet du roman de M. J.-H. Rosny aîné, la Force mystérieuse a-t-il inspiré Conan Doyle, le célèbre écrivain, lorsque peu de temps après la publication de ce récit dans une revue française, il donna lui-même dans un magazine de Londres une œuvre qui lui ressemblait singulièrement, The Poison belt ?".

2e round [Sir Arthur Conan Doyle] : "J'ai autre chose à faire en ce monde que de guetter les œuvres de M. Rosny pour tâcher de les copier […] le sens commun devrait lui dire que même si j'avais voulu l'imiter il m'aurait été impossible non seulement d'écrire le mien, mais encore d'en avoir les illustrations prêtes, pour une publication similaire, à deux mois d'intervalle.".

3e round [A.-P. Watt, agent littéraire] : "Bien que la parole de Sir Arthur n'ait besoin d'être confirmée ni par moi, ni par les propriétaires du Strand Magazine, j'ajoute qu'il ressort de la vérification que j'ai faite des dates, que le manuscrit de la première partie de the Poison Belt était dans mes mains six mois environ avant que le début de ce roman parût dans le Strand.".

4e round [J.-H. Rosny aîné] : "Les analogies que je signalais entre The Poison Belt et mon récit n'ont pas été découvertes par moi-même si j'avais été seul à les remarquer, je ne les aurais pas signalées. [...] comme je sais, par une expérience déjà longue, qu'on est souvent accusé de suivre ceux qui vous suivent, j'estime utile de prendre date et de faire remarquer que Je sais tout avait déjà fait paraître les deux premières parties de la Force mystérieuse quand The Poison Belt commença à paraître dans le Strand Magazine.".

En 1914, "L'Incident" se terminait sur un match nul, il est donc inutile d'y revenir. Les amateurs de Sir Arthur Conan Doyle (telle la SSHF) et de J.-H. Rosny aîné (ici même ou sur la page dédiée aux frères Rosny sur Facebook) peuvent souffler !

Concluons donc en citant une dernière fois J.-H. Rosny aîné qui, dans un de ses courriers, précise que son "avertissement n'affecte pas l'allure d'un réquisitoire. Mon but n'était pas d attaquer mais de me défendre […] L'incident n'a d'ailleurs guère d'importance pour M. Conan Doyle qui, — écrit-il, — n'a daigné s'en occuper que parce qu'il était de nature à jeter quelque trouble dans l'esprit de son traducteur."

  1. Pierre Versins avait, souvent, des avis très tranchés.
  2. cf. (1)
  3. idem
  4. itou

A lire aussi :

BIBLIO : Force mystérieuse (La)

[Critique] Arthur Conan Doyle a-t-il plagié La Force mystérieuse de JH Rosny aîné (1914) ? sur ArchéoSF

J.-H. Rosny aîné "La Force mystérieuse" (Plon - 1914)

J.-H. Rosny aîné "La Force mystérieuse" (Plon - 1914)