Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

J.-H. Rosny aîné et Renée Dunan

, 03:00am

Publié par Fabrice Mundzik

Ce dossier sur les récits préhistoriques de Renée Dunan, publié à l'origine sur le Blog qui lui est dédié, a tout à fait sa place ici-même, tant les liens entre J.-H. Rosny aîné et Renée Dunan sont étroits dans ce domaine romanesque.

L'influence du vieux Maître est nettement décelable et son opinion est importante pour Renée Dunan.

Lors d'un entretien, en vue d'écrire un article sur lui, Renée Dunan a rencontré J.-H. Rosny aîné et lui a parlé de son projet d'écrire un roman préhistorique.

Cette information nous est donnée dans une L.A.S. conservée à la Médiathèque Municipale de Bayeux [Merci Clément Hummel], datée du 2 juillet 1920, dans laquelle Renée Dunan écrit à J.-H. Rosny aîné :

"Vous savez, mon roman, c'est préhistorique : La Découverte du métal. Ne me prenez pas le sujet car je serais écrabouillée d'un seul coup. Laissez le moi encore un an..."

Elle s'adresse à lui en écrivant "cher monsieur", mais avoue dans son courrier : "je fis parade de mes belles relations, montrai ma Vague Rouge offerte par le maître", ce qui est plutôt rare de sa part !

Elle publie une critique d'un des romans des âges farouches de J.-H. Rosny aîné, "Le Félin géant", dans Floréal du 5 juin 1920 :

Un roman qui se passe voici une vingtaine de milliers d'années. En un monde de passions simplifiées et primitives, la vie devait prendre un peu l'aspect de ces aventures à répétition qui font l'attrait des livres de Dumas père.

J.-H. Rosny mène ses héros de périls en périls avec une continuité dont on ne sent pourtant pas la fatigue parce que le style est prodigieusement riche, et les âmes ancestrales attrayantes dans leur mystère, auquel Rosny ne fait aucun tort.

Il faut savoir qu'à cette époque, Renée Dunan et J.-H. Rosny aîné collaboraient tous les deux à Floréal. A ce sujet, lire le DOSSIER : J.-H. Rosny aîné dans Floréal.

Précisons aussi que Fanny Clar, une autre "habituée" de Floréal connaissait bien Renée Dunan et J.-H. Rosny aîné.

Sur ce Blog, vous pouvez d'ailleurs lire "Chez le Grand-père" (1921), illustré par Jean Clar, ainsi que "La Guerre à travers les âges" (1922).

Et sur le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière : "Châteaux dans la lune" (1921) et "Histoire naturelle à la suite de M. de Buffon : le cheval-vapeur" (1923).

Dans Le Populaire du 28 mars 1921, elle évoque J.-H. Rosny aîné :

Curieux homme que Rosny, et dont le destin, qu'il analysa pourtant comme aucun homme ne fit jamais, joua avec la plaisante ironie du chat repu s'amusant avec le souris.

Âme d'aventurier prêt à vivre « en marge », il dut, ayant un foyer, s'astreindre à un travail forcené et parfois médiocre. Manieur d'idées génial, ayant illuminé tous les domaines psychiques qu'il sonda, il confectionna aussi d'innombrables œuvres pour des journaux de modes, des périodiques enfantins, des revues vouées à la platitude […]

Rosny fut longtemps un bourgeois sans lustre en lutte avec les nécessités sociales. Il y a du raté chez ce génie authentique comme il y a du raté chez Balzac. Et pourtant, il a procréé des livres qui témoigneront d'un cerveau fait pour les recherches les plus surhumaines.

Il a reculé les limites tactiles et lumineuses du style. Il a tenté des romans impossibles et fait, peut-être là-même, ses chefs-d’œuvre.

Une des meilleures analyses que j'ai eu l'occasion de lire !

Pour mémoire, J.-H. Rosny aîné a écrit "La Vie amoureuse de Balzac", publié par Flammarion en avril 1930 : Version 1 et Version 2.

Renée Dunan écrit même, dans Ça Ira de mai 1922, que "Certains morceaux de Rosny dans Vamireh et tant d'autres constituent de la poésie" (C'est R. D. qui souligne).

Elle évoque aussi, dans La Pensée française du 24 juin 1922, "le génie créateur de cet écrivain qui porte aujourd'hui, seul de toute la littérature, la gloire d'avoir créé un monde [...] C'est dans les âmes qu'il lit les humains".

Après la remise du prix Goncourt en décembre 1922 (que Renée Dunan pensait recevoir), le ton change : elle devient plus incisive vis à vis de J.-H. Rosny aîné.

Mais ceci est une autre histoire, à l'origine du roman "Le Prix Lacombyne" que Renée Dunan a publié chez Mornay en 1924...

Les relations entre J.-H. Rosny aîné et Renée Dunan sont évoquées dans "Je suis seule au monde de mon avis, ce qui est loin au demeurant de me donner tort…", la préface du recueil "Le Roman de la fin des Hommes" (Les Moutons électriques - 2015).

Les récits préhistoriques de Renée Dunan sont proposés dans ce même recueil.

A lire aussi :

Renée Dunan "Le Monde des rondipètes" (un pastiche de J.-H. Rosny aîné)

Renée Dunan - Le Monde des Rondipètes (À la manière de J.-H. Rosny aîné…) (Bibliogs - 2015)

Critique de "L'Etonnant voyage de Hareton Ironcastle" par Renée Dunan

Renée Dunan est, tout comme J.-H. Rosny aîné, un des personnage de Jean-Luc Boutel "Sérénade Sélénite" (Le Carnoplaste - 2012) et "La Brigade chimérique" (2009-2010).

... et pour lire la bibliographie des récits préhistoriques de Renée Dunan, CLIQUEZ SUR CE LIEN.

DOSSIER : J.-H. Rosny aîné et Renée Dunan

DOSSIER : J.-H. Rosny aîné et Renée Dunan