Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]

26 Juin 2013, 08:19am

Publié par Fabrice Mundzik

"J'aurais pu dire le monde des insectes...

J'ai préféré l'idée d'une société.

La société des insectes s'oppose mieux à la société de l'homme."

 

Sans indication du nom de l'auteur de "La Société des insectes" sur la couverture, il serait tout à fait possible de penser que cet essai soit de J.-H. Rosny aîné !

Or, il s'agit bien d'un ouvrage de J.-H. Rosny Jeune publié en 1931 par les Editions des Portiques, sous deux présentations (trouvées à ce jour).

Si son frère aîné se contente d'affirmer dans ses Pensées errantes que "Nous détruisons partout la vie supérieure ; la vie inférieure « aura notre peau »", son frère cadet, lui, étudie cette vie inférieure et nous livre une somme des plus instructives.

Un simple extrait le démontre aisément :

 

L'HOMME OU L'INSECTE

Nous assistons au triomphe de l'homme.

Qui donc lui disputerait la palme ?

Les mammifères sont à peu près réduits.

Les grands, tels l'éléphant et la girafe, marchent sur leurs derniers boulets. Il a fallu, pour en conserver des vestiges, leur attribuer ces grandes réserves en Afrique où la passion de la chasse, plus que l'amour de l'homme pour l'histoire naturelle, s'efforce de garder des proies dignes de nos fusils perfectionnés. Le bison a fini sa carrière en Europe et en Amérique ; l'auroch a expiré dans les parcs impériaux de Russie où la magnificence des tsars conservait ces vestiges des temps préhistoriques... Le grand élan compte ses heures, et, si le renne n'était pas domestiqué, il y a longtemps que sa fine silhouette aurait disparu de notre horizon. La mer elle-même, qui semblait pouvoir cacher ses monstres dans son immensité, n'offre plus de refuge à la baleine, aux morses géants. Ils ont beau remonter vers le nord, gagner les solitudes glacées du pôle, l'homme les poursuit et les atteint.

Les fauves, qui vécurent longtemps sur la légende de leur férocité, ne sont plus aujourd'hui des adversaires à la taille de l'homme. Que sont des tigres, des lions, des léopards, des panthères, des jaguars, des grizzlys, devant la portée et la sûreté de nos armes ? En Afrique et en Amérique, nous les laissons vivre par une pitié méprisante ; et il faut, en Asie, la singulière religion de l'Inde ou l'apathie des jaunes pour abandonner au tigre sa jungle et ses montagnes.

Les grands singes, orang, gorille, chimpanzé, presque nos frères, ne pourront certes pas résister aux envahissements de la civilisation.

L'homme, ses fusils, ses machines ont dominé partout.

On sent qu'il pousse un cri de triomphe et regarde l'Univers avec une sorte de défi : il annonce qu'il va bientôt entreprendre, dans ce que Pascal appelait les silencieux espaces, de nouvelles conquêtes, de nouvelles destructions. Qui pourrait s'opposer à lui ? Ce ne seront pas les reptiles, malgré la protection que leur apporte l'Hindou.

Ce ne seront pas les poissons, proie recherchée, guettée, dont tous les peuples encouragent, favorisent la reproduction ; la mer devenue un garde-manger pour l'homme qui n'a pas le temps, malgré la fécondité de la morue, du hareng, de la sardine, de renouveler la provision qu'exigé sa gloutonnerie.

Nous reste-t-il, de tant de bêtes que la nature avait façonnées avant nous, une seule espèce qui puisse encore menacer notre empire ?

Peut-être l'insecte ?

Celui-là, en effet, ne se replie pas...

Les idées développées dans cet essai sont véritablement passionnantes. Au lieu de focaliser ses capacités d'observation sur le genre humain (les romans de moeurs étant sa "spécialité"), J.-H. Rosny Jeune détaille ici ses recherches sur le Monde des Insectes :

"Beaucoup de bêtes, des insectes, ont des moeurs d'une correction parfaite : fidélité de l'épouse, amour de la famille, amour du travail, dévouement, etc..." Ahem... J.-H. Rosny Jeune était lui-même reconnu pour sa grande fidélité... [oui c'est ironique]

A la lecture de certains passages, difficile de ne pas penser à "Les Formiciens" (1932) de Raymond de Rienzi.

J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]

J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]

J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]

J.-H. Rosny Jeune "La Société des insectes" (Editions des Portiques - 1931) [version 1]

Commenter cet article