Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)

15 Juillet 2014, 21:49pm

Publié par Fabrice Mundzik

"Dans ce recueil, vous découvrirez des textes pouvant s’apparenter à des genres aussi variés que le polar, la SF, le fantastique, l’humour, l’aventure, ainsi que d’autres que les inconditionnels de l’étiquetage auront bien du mal à classer.

Ces nouvelles possèdent cependant un point commun : toutes se déroulent entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe. Une anthologie rétro qui vous surprendra !"

Avec une telle déclaration d'intention, comment résister à la lecture de l'anthologie "Rétro-Fictions" publiée par l'association imaJn'ère ? D'autant plus que le sommaire est des plus alléchants et que la superbe illustration de couverture est signée Jean-Michel Nicollet...

Pour mémoire, Jean-Michel Nicollet a illustré deux romans de J.-H. Rosny aîné, publié par les Nouvelles Editions Oswald, dans la Fantastique-Science-fiction-Aventures.

Les illustrations intérieures sont de Gérard Berthelot.

La dernière page tournée, une conclusion s'impose : cette anthologie rétro m'a effectivement surpris !

Tout d'abord, et sans aucun respect pour l'ordre du sommaire (mon côté rebelle, sans doute), il convient d'expliquer pourquoi cette anthologie, qui devait être chroniquée sur le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière, se retrouve sur celui dédié aux frères J.-H. Rosny...

Un premier nom, en guise d'explication : Jean-Luc Boutel. Plutôt, deux en fait, car il faut préciser que le texte de Jean-Luc Boutel est une nouvelle aventure de Sélénex, le personnage principal de "Sérénade Sélénite" (Le Carnoplaste - 2012) déjà présenté ici-même.

C'est avec grand plaisir que nous retrouvons, dans "L'invasion des hommes-taupes", J.-H. Rosny aîné, en tant que président du Club des Savanturiers. Ce récit annonce "un autre opus devant paraître en fin d'année sous le titre de "Terreur Terrestre", toujours sous le label du Carnoplaste."

Ce récit très prenant, parsemé de surprises et d'allusions diverses que les amateurs de Merveilleux scientifique apprécieront, permettra de patienter jusqu'à la sortie de "Terreur Terrestre". A suivre donc, sur le site de Le Carnoplaste, pour de plus amples informations.

Julien Heylbroeck est aussi présent au sommaire de cette anthologie. Un nom que les lecteurs de ce Blog ont déjà croisé à plusieurs reprises puisqu'il a participé, entre autres, à "Les Compagnons de l'Ombre" Tome 8 (Rivière Blanche - 2011) et qu'il est un des créateurs du jeu de rôle "La Brigade Chimérique" (Sans-Détour), développé en collaboration avec Romain d'Huissier, Willy Favre, Laurent Devernay et Stéphane Treille.

Très actif, Julien Heylbroeck est publié par Le Carnoplaste : Midget Rampage, ainsi que la série Las historietas de Green Tiburon (cf. Catalogue éditeur), chez Malpertuis : plusieurs nouvelles dans diverses anthologies (cf. Catalogue éditeur). Son roman, Stoner Road, vient de paraître chez ActuSF. Co-fondateur des éditions Trash, vous pouvez suivre son actualité sur le Blog L'œil cannibale.

C'est en URSS que nous entraîne "Marionnettes" : une enquête policière à l'ambiance, au début, plutôt morbide, mais qui dévie très rapidement vers le merveilleux, en intégrant un "bestiaire passéiste et arriéré" inattendu. Un clin d'œil à Nikola Tesla vient parfaire ce récit qui happe le lecteur et ne le libère qu'une fois le dernier mot lu. Prenant !

Julien Heylbroeck précise sur son Blog  : il s'agit d'une "nouvelle qui se déroule dans l'univers de mon tout premier roman, Le Dernier Vodianoï."

Autre nom connu des habitués de ce Blog, Jean-Hugues Villacampa Monsieur Phénomène J lui-même et président de l'association imaJn'ère , grâce à qui plusieurs volumes sont venus compléter la bibliothèque rosnyienne.

Avec "Drôle de poulet", Jean-Hugues Villacampa décrit l'arrivée d'Antonin Desloirs, nouveau commissaire d'une "petite ville industrielle perdue aux confins de la forêt ardennaise."

Le repas d'accueil — dont la description donne l'eau à la bouche — est le théâtre de sa première enquête : à peine a-t'il le temps de poser ses valises, qu'il doit déjà résoudre un nouveau mystère !  Un huis clos dont la chute en surprendra plus d'un : une belle réussite (et un texte qui donne terriblement envie de goûter les "drôles de petits poulets" de Madame Baudouin !).

Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)

Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)

Jeanne-A Debats, dont j'apprécie le "mauvais esprit" de son Blog, propose avec "Sempervirens" un récit qui ne peut laisser indifférent : entre attendrissement et mélancolie, joie et désespoir, elle se joue de nos sentiments  avec brio  en nous décrivant l'histoire de Nico Brahé et ses deux pigeons.

Automne 1916, "l'obus frappe le sol et déchire l'aube rougeâtre avec un sifflement de vipère". Le décor est posé, "Pensée et Mémoire se sont blottis l'un contre l'autre", il est l'heure pour Nico Brahé de partir...

Changeons de registre avec le jubilatoire "La machine à explorer Baker Street" du duo Brice Tarvel & Robert Darvel ! Ces Messieurs se mettent en scène dans une histoire hautement improbable, complètement loufdingue, dans laquelle ils partent à la rencontre du Roi des Détectives, Harry Dickson, et de son fidèle Tom Wills.

Un pur régal, que dis-je, un pur délice ! Messieurs Tarvel et Darvel (et inversement) ont certainement pris beaucoup de plaisir à l'écriture de "La machine à explorer Baker Street" : de nombreuses références aux romans populaires, à Arthur Conan Doyle, Jean Ray, se dévoilent au fil des pages.

Le duo Brice Tarvel et Robert Darvel (Les personnages, pas les auteurs !), m'a immédiatement fait penser aux Dupond et Dupont avant de m'amener à la conclusion qu'un rapprochement était plutôt à faire avec Statler et Waldorf, du Muppet Show !

Rois de la retape éhontés ©, nos deux héros annoncent : "Nous, Brice Tarvel et Robert Darvel, après tant d'autres, faisons revivre, pour les éditions Malpertuis, pour Grand West et pour Le Carnoplaste (éditeur de fascicules), de nouvelles aventures au Roi des Détectives Harry Dickson." Il faudra désormais ajouter imaJn'ère à cette belle liste !

Nous retrouvons Brice Tarvel, en solo cette fois, avec "La porte bleue".

Brice Tarvel nous plonge dans une ambiance que les amateurs de "Nids à poussière" ne peuvent qu'apprécier : "Une bouquinerie proprette où les ouvrages d'érudition aux belles reliures de cuir côtoyaient les romans pour midinettes et les fascicules narrant les aventures les plus extraordinaires dévorées par les adolescents."

Un bel hommage à... non... désolé... impossible d'en dire plus, à défaut de déflorer la surprise !

Sylvie Jeanne Bretaud, lauréate du concours imaJn'ère 2014, nous plonge au fond du gouffre, à "L'ombre de Whitechapel". J'entends déjà soupirer : "une ènième version de Jack l'éventreur..." Oui, une ènième version, mais dont l'approche et le développement final sont rondement menés. Du glauque au morbide, Sylvie Jeanne Bretaud nous entraîne dans un récit haletant !

Suite à la lecture de ce texte, le lecteur s'interroge : quelle est réellement cette ombre qui plane sur Whitechapel ? S'agit-il de celle du tueur diabolique ou de l'ombre de ce grand personnage dont le nom n'est dévoilé qu'à la toute fin du récit ?

Comment décrire ou résumer "La Garde rouge", écrit par Arnaud Cuidet, sans trop en dévoiler, tout en en disant suffisamment pour expliquer mon enthousiasme à sa lecture ?

Quelques pièces du puzzle — car ce récit en est un que je vous laisse assembler (le mieux étant de lire le texte de ce "geek de 38 ans passionné de science-fiction, de super-héros, de jeux vidéos et de jeux de rôles".) : Gustave, Commune, Mecha et Steampunk.

Intriguant, n'est-ce pas !?

"La tour", de Léon Calgnac (un des lauréats du concours imaJn'ère 2014) est une histoire à chute. L'auteur nous mène par le bout du nez, là où il le souhaite. Page après page, le lecteur se demande où veut en venir Léon Calgnac... jusqu'à la conclusion de ce texte aux relents de vérité : cette scène a certainement eu lieu de nombreuses fois !

La lecture de "OYAPOC 1902", par Francis Carpentier, m'a semblé moins intéressante que celle des autres. Peut-être que ce récit a une ambiance trop "moderne" : il y a comme un décalage par rapport à l'ensemble des textes de cette anthologie. J'ai du mal à en expliquer la raison... Mon seul véritable bémol...

Artikel Unbekannt, avec "Japon, année zéro", propose le texte le plus dépaysant et certainement le plus terrible du point de vue humain. Il s'agit d'une immersion dans la vie de deux hommes et une femme, dans le Japon des années 1920 jusqu'à l'après-guerre.

Leur évolution morale, les choix qu'ils ont à faire, les décisions parfois difficiles à prendre, la souffrance au quotidien. Artikel Unbekannt (d)écrit les destins de nos trois protagonistes, jusqu'au "comble de l'horreur" qui clôt leur histoire. Superbe !

Anthony Boulanger, lauréat du concours imaJn'ère 2014, imagine dans "Écarlate était le ciel" un univers parallèle dans lequel toutes les nations s'allient afin de luter contre une menace commune : la Résurgence.

1916 : "C'était un ballet étrange, un ballet de modèles et de nationalité. Il y avait là les Albatros modèles D.II à D.IV, des prototypes du D.V allemand, les Hansa-Brandenburg de l'empire austro-hongrois, les Hanriot HD 1 des pilotes belges. Dans les hangars hâtivement montés, on pouvait apercevoir les silhouettes des avions de chasse français, les redoutables SPAD, ainsi que des modèles identiques aux couleurs italiennes. En l'air, reconnaissables aisément, quelques triplaces Nieuport qu'utilisaient le Commonwealth et les États-Unis et leur version monoplaces ainsi que des Sopwith Camels."

J'ai pensé au roman "Le Baron rouge sang" de Kim Newman. Irais-je jusqu'à dire que ce texte est excellent...? Oui... ce texte est excellent !

"Le chevalier noir", de Jérôme Verschueren, est une nouvelle aventure de Béla Bartók. L'action de ce récit se déroule après les événements de "Béla Bartók contre la Veuve Noire du Führer" (Le Carnoplaste).

Je ne connaissais Béla Bartók que de nom, je dois bien l'avouer... Ce texte est une révélation : "Alors que les laboratoires nazis vomissent des créatures abominables aux pouvoirs surnaturels dans le but d’asservir le monde, Bartók se dresse comme dernier rempart de l’humanité. Son atout ? Une armée de fantômes slaves qui lui procure des capacités exceptionnelles. Son alliée ? Black Becky, une jeune Noire impétueuse. Son arme ? La musique dégénérée !"

Inattendu, surprenant même, ce "La Rouille" de Jean Bury, un autre lauréat du concours imaJn'ère 2014. Inattendu car, en lisant les premiers paragraphes, je me suis pris à imaginer la suite... qui est toute autre ! Surprenant d'ingéniosité, car Jean Bury a réussi à contrefaire élégamment notre Histoire, intégrant des personnalités ayant réellement existé, et ce, de manière tout à fait crédible.

Entre automates et microbiologie, "La Rouille" est une belle réussite.

"La rose blanche" de Bruno Baudart, lauréat du concours imaJn'ère 2014, est un récit à échelle humain.

"Berlin Est était gris et froid, peu de monde dans les rues"...

Le récit tourne autour de Rudi, de ses souvenirs de Sophie, de ses regrets et de ses préparatifs en vue de se venger. Véritable introspection, "La rose blanche" est tout à la fois terrible et émouvant.

Patrice Verry conte par le détail  les multiples machinations et manipulations autour de "L'empereur, le préfet et l'ingénieur".

Quel est donc le but visé par Joseph et Amélie ?

Pourquoi ont-ils besoin du Baron Haussmann et de Gustave Eiffel ?

"Le chantier se révélait dans toute sa complexité"...

Pour en savoir plus, et connaître le fin mot de toutes ces intrigues, vous connaissez la solution :)

Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)

Anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014)

Sommaire (dans l'ordre cette fois !) :

  1. Préface
  2. Jeanne-A Debats - Sempervirens
  3. Sylvie Jeanne Bretaud - L'ombre de Whitechapel
  4. Arnaud Cuidet - La Garde rouge
  5. Léon Calgnac - La tour
  6. Francis Carpentier - OYAPOC 1902
  7. Brice Tarvel - La porte bleue
  8. Jean-Hugues Villacampa - Drôle de poulet
  9. Jean-Luc Boutel - L'invasion des hommes-taupes
  10. Artikel Unbekannt - Japon, année zéro
  11. Anthony Boulanger - Écarlate était le ciel
  12. Jérôme Verschueren - Le chevalier noir
  13. Jean Bury - La Rouille
  14. Julien Heylbroeck - Marionnettes
  15. Bruno Baudart - La rose blanche
  16. Patrice Verry - L'empereur, le préfet et l'ingénieur
  17. Brice Tarvel & Robert Darvel - La machine à explorer Baker Street
  18. Les auteurs
  19. Les illustrateurs

 

L'anthologie "Rétro-Fictions" (imaJn'ère - 2014) est en vente sur le site de Phénomène J : Rétro-fictions Anthologie 2014, pour la somme dérisoire de 18€. Yapuka !

Commenter cet article