Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Timothée Rey "Les Souffles ne laissent pas de traces" (Les Moutons électriques - 2014)

27 Mars 2014, 20:43pm

Publié par Fabrice Mundzik

« Les Souffles ne laissent pas de traces », est une enquête de N’a-Qu’un-Œil, Chamane-Détective, écrite par Timothée Rey et publiée par Les Moutons électriques, dans la Bibliothèque Voltaïque, en 2014.

Sous une superbe couverture à rabats de Melchior Ascaride se cache un roman des plus surprenants !

Est-ce un roman préhistorique avec une trame policière ou un roman policier dans un environnement préhistorique ?

Peu importe, il s'agit tout simplement d'un très bon roman, aux nombreux rebondissements, dont l'univers est crédible et l'intrigue prenante !

Mais ce n'est pas tout, l'ouvrage de Timothée Rey possède, au moins, trois niveaux de lecture :

Les amateurs des âges farouches seront comblés par les descriptions très détaillées et réalistes.

Les amateurs de romans policiers seront tenus en haleine par une enquête regorgeant de surprises.

Mais le lecteur sera aussi surpris par le nombre incroyable de jeux de mots, anachronismes jubilatoires et autres clins d’œil glissés par l'auteur.

Cette petite joute entre l'auteur et son lecteur ne perturbe pas du tout la lecture fluide et plaisante de l'histoire. Bien au contraire ! Elle apporte indéniablement ce « petit plus », la complicité, qui nous lie jusqu'à la dernière page.

Quelques exemples, mais point trop, afin de ne pas déflorer les diverses surprises :

Plusieurs anachronismes sont glissés dans ce roman, telle cette « caverne de poche », que je ne peux décrire sans en gâcher l'effet, ou bien cet ancêtre des gaz de combat, voire l'ébauche de la roue !

Plusieurs allusions attendent le lecteur au fil des pages. Timothée Rey nous emmène à la poursuite du « lapin blanc » et nous conte une version antédiluvienne de Boucle d'or, pour n'en citer que deux.

L'auteur a véritablement laissé libre cours à son humour dévastateur, et ce, dès les première page avec un calembour sur une hase qui gratte le sol. Les noms de personnages ? Un véritable feu d'artifice désopilant : « Ici-l'Ombe », « Milan Cent-Rameaux », « Castor J'ignore », etc... et il ne s'agit là que d'un petit échantillon.

Ce décalage entre passages « sérieux » et « humoristiques » du récit est accentué par un parti pris de l'auteur : l'utilisation d'un argot que je situe quelque part entre San Antonio et Michel Audiard (mais chacun trouvera ses propres références) :

« S'habiller en blanc pour une opération commando en nocturne, faut quand même oser. Bien les nénettes, ça. Soi-disant le sens pratique, mais dès qu'il s'agit de faire les belles... »

Nous voici bien éloignés des Maîtres du genre :

« — Chef des Mammouths, les Kzamms n'ont pas encore quitté le fleuve. Les Oulhamr sont plus forts que les Kzamms, mais ils ne sont que trois, tandis qu'eux sont plus de trois fois deux mains. Ils nous tueront si nous nous éloignons des Mammouths ! » [J.-H. Rosny aîné, La Vie chez les mammouths]

« Fruit encombrant, fruit inutile... A moins qu'on ne les mange ?... Daâh mange les fruits, quand il a faim... » [Edmond Haraucourt, Daâh le premier homme]

« Le grand Singe qui emporte les compagnes des hommes avait emporté Yul. Yram a poursuivi le grand Singe, il lui a repris la fille de Mèv, il l'a rapportée vers ses frères. » [Pierre Goemaere, Le Pèlerin du Soleil]

Ce grand écart linguistique m'a quelque peu perturbé au début de la lecture, mais il est vite apparu que ce choix était plutôt judicieux : il fait parfois sourire, il titille aussi, mais, au final, il se marrie bien avec l'ambiance générale.

Timothée Rey n'oublie toutefois pas de glisser quelques formules classiques, comme ces vies cachées que sont « les Souffles » ou les fameux « blocs hératiques » chers à J.-H. Rosny aîné.

Plusieurs passages semblent même avoir été écrits par le vieux Maître (de longues énumérations par exemple ou l'utilisation récurrente de nombreux termes scientifiques). Timothée Rey offre un très bel hommage à J.-H. Rosny aîné page 309, que je vous laisse découvrir.

Un clin d'oeil à un autre grand Maître (du Haut Château), Philip K. Dick, se trouve page 257. Tout comme "Du côté de chez Swann" de Marcel Proust est transformé, quelques chapitres plus loin, en conte chamanique. À la recherche des temps préhistoriques perdus ?

Humour, intrigues, âges farouches... Il semble manquer un élément crucial... Et bien non, les Mammouths sont biens présents eux-aussi ! Joie !

Que de choses à dire sur la forme ! Mais le fond ? L'histoire en elle-même ? L'énigme ?

En quelques mots, l'histoire est prenante, intrigante, amusante, délirante, elle foisonne d'idées et c'est avec regret que l'on tourne la dernière page de cette aventure de Collembole N’a-Qu’un-Œil, le détective préhistorique...

En accommodant le récit préhistorique à sa sauce, Timothée Rey apporte un nouvel essor au genre, sans aller jusqu'au délire foutraque de « Les Innommables » de Claude Klotz et Jean Gourmelin. Il le modernise, tout en conservant l'esprit général ; lui apporte un nouveau souffle (c'est le cas de le dire !), tout en le respectant et ajoute cette petite touche humoristique bienvenue qui m'amène à conclure que ce dépoussiérage est une belle réussite.

[Un grand merci à Christine Luce pour la relecture.]

A lire aussi :

Les éditions Les Moutons électriques offre gratuitement deux textes de Timothée Rey au format .EPUB :

Pour les obtenir, il suffit de cliquer sur CE LIEN, puis sur l'onglet EXTRAIT.

Là, vous trouverez « Gros-Œuf et Petit-Œuf » et « Les Griffes du Grogneur », dont nous reparlerons, j'en suis certain, très bientôt !

Critique de Klotz et Gourmelin : Les Innommables. (J'ai Lu) par Fantasio.

Timothée Rey "Les Souffles ne laissent pas de traces" (Les Moutons électriques - 2014)

Timothée Rey "Les Souffles ne laissent pas de traces" (Les Moutons électriques - 2014)

Timothée Rey "Les Souffles ne laissent pas de traces" (Les Moutons électriques - 2014)

Timothée Rey "Les Souffles ne laissent pas de traces" (Les Moutons électriques - 2014)

Commenter cet article