Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

J.-H. Rosny "Réponse à une lettre anonyme à propos du Bilatéral" (1887)

19 Novembre 2013, 11:12am

Publié par Fabrice Mundzik

En guise de Préface au recueil "L'Immolation", publié par Albert Savine en juillet 1887, cette longue "Réponse à une lettre anonyme à propos du BILATÉRAL" écrite par les frères J.-H. Rosny pour défendre la "Génération montante".

"Le Bilatéral", oeuvre écrite par les deux frères J.-H. Rosny, fut par Albert Savine en mars 1887.

Réponse à une lettre anonyme à propos du Bilatéral

 

 

C'est une vérité banale pour tous, lorsqu'il s'agit des animaux inférieurs, que le perfectionnement, très limité dans l'Individu, l'est beaucoup moins dans l'Espèce, qu'on ne peut tirer d'un cheval toutes les qualités qu'on finira par obtenir de ses héritiers. Cette loi, pour ne pas s'appliquer aussi mathématiquement à l'homme, ne s'en vérifie pas moins par grandes périodes historiques. Dans ces conditions et jusqu'à ce qu'il soit prouvé que notre race a fini de progresser, qu'elle n'a plus rien à attendre de l'avenir, que nous sommes voués à l'abrutissement, toute prétention à faire du définitif ne peut venir que d'une cervelle d'ignorant, de fou ou de charlatan.

A ne considérer que la littérature, aucune production passée ne peut être un obstacle à la production future, aucun sujet, aucune méthode, aucune langue ne résisteront à l'épreuve du temps. Chateaubriand, Balzac, Hugo, et nous tous qui écrivons aujourd'hui, serons un jour des barbares, et la seule bienveillance rétrospective de nos arrière-neveux les empêchera de hausser les épaules à nos fabulations misérables, nos méthodes rudimentaires, notre style piteux.

Ceci admis, on est porté à demander à ceux qui sont de cette deuxième moitié du siècle et que la philosophie de notre époque a pénétrés, s'il ne serait pas temps d'en venir à une sagesse nouvelle, de se débarrasser de la manie de jouer au bon Dieu, de se faire à l'idée qu'il faudra, plus tard, s'effacer devant le flot montant de nos héritiers, à l'idée d'être les amis de nos successeurs et non leurs pires adversaires. A la vanité grotesque de régenter les siècles, on substituerait le plaisir d'agir efficacement sur celui où l'on vit. On perdrait une illusion bien vide pour une réalité bien pleine. Et ce n'est pas l'avenir qui en souffrirait ; il souffrirait bien plus si nous persistions a vouloir l'enfermer dans les étroites limites de notre infériorité.

Mais nous n’en sommes pas là. Nous ne sommes pas encore résignés à l'évolution, aux lois fatales du progrès ; nous n'avons pas encore abdiqué le vain orgueil de faire l'admiration de tous les siècles, de bâtir indestructiblement. C'est cet orgueil-là qui fait repousser le novateur, négation vivante de la chimère qu'on caressait ; c'est celui-là qui fait pousser des cris de fureur aux classiques contre les romantiques, aux romantiques contre les naturalistes, au dernier des folliculaires contre l'avant-dernier des folliculaires ; c'est celui-là qui ne veut pas qu'on change les sujets, les méthodes, la langue ; c'est lui, sous mille formes, au nom de mille sentiments plus sacrés les uns que les autres, lui qui déterre Homère, Racine, Shakespeare, lui qui fabrique sagement l'immuable dictionnaire de l'immuable Académie. Et rien ne nous corrige, ni la comparaison de la langue de Rabelais avec la nôtre, ni la culbute des Sectes sur les Sectes, des Philosophies sur les Philosophies, des Littératures sur les Littératures.

En fin de compte, le plus clair bénéfice de tout cela est pour les médiocres, lesquels seront toujours charmés d'avoir quelqu'un derrière à qui emboîter le pas, de trouver une rhétorique toute faite, une règle sûre pour produire des romans, et qui, retranchés derrière l'opinion des maîtres, accableront de leurs sottises les moindres novateurs.

Dans notre bataille de fin de siècle, les nouveaux venus doivent donc s'attendre à des haines effectives, à des antagonismes très rudes. Ils doivent se convaincre que l'ennemi n'est pas autre chose que les Sectaires, et, au lieu de se déchirer entre eux, ils doivent s'unir pour combattre cet ennemi-là. Par eux, ces Sectaires, sera inévitablement honni tout artiste qui développera la Psychologie, recherchera, à travers les gros instincts, des manifestations plus fines, plus déliées, plus ingénieuses, découvrira des coordinations d'un ordre plus lointain que ne le comporte une observation superficielle, s'acharnera à extraire les pensées profondes et confuses qui concourent aux déterminations extérieures de l'être.

Honni encore celui qui, dans le domaine général du progrès humain, dans les acquêts de la Science et de la Philosophie tentera de trouver des éléments de beauté plus complexes, plus en rapport avec les développements d'une haute civilisation, qui croira que les grandes découvertes de notre fin de siècle sont susceptibles au plus haut degré d'être transmuées en matériaux littéraires.

Honni celui qui, profitant des observations faites, voudra les faire servir à une œuvre de synthèse ; qui, sans prétendre en tirer un enseignement scientifique, croira que des travaux d'invention littéraire sont d'un immense intérêt pour l'art.

Honni celui qui (ne faisant en cela que suivre l'exemple de tous les siècles ) songera à perfectionner la langue, aimera que la forme soit adéquate à l'idée, persuadé que les constatations d'êtres complexes ou ingénieux ne sauraient être énoncées d'une façon parfaitement claire en soi, qu'à la condition que le style soit complexe ou ingénieux comme l'idée même....

Mais qu'importent les excommunications ! Autant en emporte le vent ! Les honnis d'aujourd'hui sont les vainqueurs de demain. Aucun cortège d'Apôtres n'empêchera les Prophètes de succomber à l'assaut de la génération montante !

Publicité parue dans J.-H. Rosny "L'Immolation" (Albert Savine - 1887)

J.-H. Rosny "Réponse à une lettre anonyme à propos du Bilatéral" (1887)J.-H. Rosny "Réponse à une lettre anonyme à propos du Bilatéral" (1887)

J.-H. Rosny "Réponse à une lettre anonyme à propos du Bilatéral" (1887)

Commenter cet article