Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Henry K. Marks "Déchéance - Peter Middleton" (Éditions du Monde - 1925)

7 Mars 2014, 14:50pm

Publié par Fabrice Mundzik

"Déchéance - Peter Middleton" de Henry K. Marks fut publié en 1925, en 2 volumes, par les Editions du Monde.

Le T1, qui porte le n°28 de la collection Le Roman nouveau, est préfacé par J.-H. Rosny aîné.

PRÉFACE

M. Henry K. Marks a publié, l'année dernière, un roman intitulé Lame de fond, d'un intérêt extrême, plein de vie, et où éclate une connaissance profonde des tares psychologiques et physiologiques de la pauvre créature humaine.

Mon admirable confrère René Boylesve disait, dans la préface qu'il a écrite pour ce roman : « J'ai rarement vu un auteur opérer aussi rapidement, aussi sûrement, le transport du lecteur le moins complaisant dans le milieu voulu par lui. C'est un rapt, un tour de magie plutôt. Je me gare, je me défends ; je me débats ; je n'ai pas envie de pénétrer dans cette maison new-yorkaise si nue, si totalement dépourvue d'agréments ; j'y pénètre malgré moi ; j'y habite ; et chacun des hôtes, si peu attrayant en soi, éveille un intérêt inexplicable. Cela vient tout simplement de ce que les personnages de M. Henry K. Marks sont doués de vie et s'accrochent à moi, avant même d'avoir suscité un intérêt d'ordre intellectuel ou moral. Ils le suscitent d'ailleurs sans tarder. »

René Boylesve a raison : Lame de fond est doué d'un grand pouvoir d'entraînement et ce pouvoir se reconnaît vite dans le nouveau livre de Henry K. Marks : Déchéance. Toutefois les scènes qui commencent ce nouveau roman sont moins abruptes que celles qui commencent Lame de fond. C'est qu'il s'agit de développer d'abord la psychologie d'un être moins anormal que le héros du premier livre. Peter Middleton appartient à la tribu des hésitants, il manque essentiellement de décision et d'énergie, il est aussi une manière de mystique, et il a reçu les dons de l'art : « Son cerveau était extraordinairement fluide... Il semble n'y avoir aucune démarcation entre les centres de ses sens. L'ouïe, la vue, le tact, le goût et l'odorat se confondent dans un ensemble opulent et magnifique, une sorte de « super-sens » qui donne même aux sensations familières une richesse et une variété extraordinaires. Non seulement il entendait les sons, il les voyait. Même les odeurs étaient teintées de qualités visuelles, auditives, esthétiques. » « Sa peinture devint tout de suite mystique et profondément symbolique de la dominante fusion sensorielle. »

Cet homme sensitif et faible est aussi un homme sensible. Violemment épris d'une jeune fille pauvre, et lui-même dépourvu de ressources, il consent, avec une vive douleur, au divorce qui donnera à la femme un mari plus riche, capable de satisfaire les goûts de luxe de cette jolie créature. Même il se prêtera à la comédie d'un flagrant délit pour que les torts apparents soient de son côté, et ce faisant, montrera une pitié humaine très douce pour une autre femme tombée dans les gouffres sociaux.

Parce que la vie est pleine de trahisons, sa bonté sera payée par un châtiment plus effroyable que s'il avait commis un meurtre.

Peu d'écrivains sont capables de nous montrer la misère humaine avec des traits plus aigus et des circonstances plus angoissantes que Henry K. Marks. Mais je ne déflorerai pas ce récit hallucinant : lisez Déchéance, vous serez comme moi entraîné et captivé, et vous aurez peine à vous arracher au récit si le livre vous mène jusqu'à l'heure du repos.

M. Henry K. Marks possède maintes des grandes qualités des écrivains anglo-saxons. Il en a d'autres qui l'apparentent à nous ; le style est vif, souvent bref, parfois martelé ; l'observation, pour être subtile et nombreuse, sait devenir rapide quand il le faut.

Le lecteur qui a été « empoigné » par Lame de fond, prendra un profond intérêt à Déchéance, et il classera définitivement Henry K. Marks parmi les auteurs étrangers qu'il faut lire ; et relire.

J.-H. Rosny aîné
de l'Académie Goncourt.

Henry K. Marks "Déchéance - Peter Middleton" (Éditions du Monde - 1925)

Henry K. Marks "Déchéance - Peter Middleton" (Éditions du Monde - 1925)

Henry K. Marks "Déchéance - Peter Middleton" (Éditions du Monde - 1925)

Henry K. Marks "Déchéance - Peter Middleton" (Éditions du Monde - 1925)

Commenter cet article