Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

5 Décembre 2013, 17:26pm

Publié par Fabrice Mundzik

La Compagnie Tamèrantong! présente le spectacle "Mantes express - Contes spatio-temporels joués par 24 tornades de Mantes-la-Jolie de 6-11 ans".

Le spectacle date de 2012, "les 4 créations de la saison" sont :

«Michto !», diptyque insurgé de la route et du voyage joué par la troupe de La Plaine Saint-Denis.

«Mantes Express», 3 contes spatio-temprorels joués par la troupe de Mantes-la-Jolie.

«Héroïc Fantastic», diptyque tragi-comique joué par la troupe des enfants de Belleville.

«La Tempête !», épopée salée jouée par la troupe des adolescents de Belleville.

Plusieurs représentations : les 23 février 2012 à Château de Ménilles, 25 février 2012 à Mantes-la-Jolie et 25 mai 2013 à Carquefou.

Avec, peut-être, d'autres dates...?

Le triptyque « Mantes Express » est composé des deux contes du diptyque « Héroïc Fantastic » (« Trouillopolis » et « Cyrano de Bergerac ») et de « La Guerre du Feu » :

Cyrano de Bergerac. Adaptation et mise en scène : Pascaline Lefèbvre.

Résumé : Cyrano est le plus fameux des Cadets de Gascogne : tout le monde admire son courage, son jeu d’épée, sa poésie, son humour, son idéalisme… dont Roxane, sa belle cousine qu’il aime passionnément…

Trouillopolis. Adaptation et mise en scène : Sandrine Demoron.

Résumé : « Grooooaaaaaar !!!! Il arrive ! Le Mégalotaure va nous croquer tout cru Mémé ! » La cité de Trouillopolis vit sous la coupe d’un horrible monstre dévoreur de troupeaux, d’enfants et de grand-mères. Les citoyens terrorisés se décident enfin à casser la tirelire : ils vont se saigner aux quatre veines et donner jusqu’à leur dernière chaussette pour louer les services de Gammax et Barrakos, les deux Titans des Balkans, dont la réputation d’invincibilité est légendaire et proverbiale.

La Guerre du Feu. Texte et mise en scène : Sarah Viennot

Résumé : Dans la très lointaine préhistoire, il y a peut-être cent mille ans, au temps des premiers hommes, Rahan, Tarzan et Boucane, trois guerriers de la horde des Chubakas, partent chercher le feu que leur horde a perdu. Échappant à tous les dangers, ils approchent de leur but en s’avançant vers la tribu des Was. Mais un terrible Dévoreur d’Homme arrive avant eux...

Avant de passer à l’action, les rouages des cerveaux préhistoriques font des étincelles et commencent à fumer… les Was finiront-ils rôtis ? Les Chubakas verront-ils le feu renaître de ses cendres ? Et le Dévoreur d’Homme disparaîtra-t-il à tout jamais ? … Seuls ceux qui possèdent le feu pourront répondre à ces questions d’avenir !

Aghoo-le-velu ira sur les volcans chercher le feu !

Note d’Intention de Sarah Viennot :

La Guerre du Feu est d’abord un roman, une fiction préhistorique de J.-H. Rosny aîné écrite en 1911, que Jean-Jacques Annaud a adaptée au cinéma en 1981.

Monter et adapter cette histoire en petite forme théâtrale pour les enfants, c’est une façon pour moi de remettre au premier plan les instincts primitifs de l’homme, ceux qui nous connectent avec la nature, avec notre côté animal et sauvage ; ceux qui sont nécessaires pour rester bien vivant, bien vibrant, à l’affût.

La pièce va donc permettre aux jeunes acteurs de Mantes-la-Jolie de retrouver leur nature brute de « petits d’hommes », et l’usage décuplé de leurs cinq sens !!! Elle va surtout leur permettre d’investir leur corps de façon ludique et d’en faire leur principale source de jeu : avec humour et liberté, avec un jeu scénique outrancier et proche du théâtre grotesque (dans les démarches et mimiques « préhistoriques »), mais aussi avec précision et maîtrise, dans la succession des actions et des rythmes.

Parallèlement, l’histoire romancée de La Guerre du feu me touche parce qu’elle met aussi en valeur l’humanité naissante de ses héros : déjà les hommes réfléchissent, cherchent à comprendre, s’entraident, sont solidaires… ont du cœur et de l’esprit. Je trouve que pour les enfants de Mantes, souvent en difficulté scolaire, familiale ou sociale, c’est important et rassurant de se redire à travers cette pièce que de tous temps, l’espoir, le progrès, le savoir sont indissociables de la nature de l’homme. Et de le vivre à travers les personnages qu’ils incarnent. C’est une façon de réaffirmer nos capacités et nos qualités humaines à tous, et de les mettre en valeur de façon concrète.

Et puis il y a un troisième axe qui me paraît important, c’est le langage, ramené dans La Guerre du Feu à ces fonctions essentielles : le pouvoir de s’exprimer, de communiquer ensemble, et aussi, de célébrer la poésie du monde.

Et en prime le clin d’œil BD : les costumes où foisonnent les perruques hirsutes et les peaux de bêtes sauvages, le fait de pouvoir s’identifier à des héros mythiques et revigorants comme Tarzan ou Rahan, ou au fantasme de l’épaisse brute cannibale qui pousse des grognements patibulaires ! Si les acteurs, l’équipe et les spectateurs ont le sentiment de prendre une bouffée de fraîcheur brute et d’humour, le spectacle aura atteint son objectif !

Sarah Viennot

"L’association du classique dans « Cyrano de Bergerac », du cartoon dans « Trouillopolis » et du tribal dans «La Guerre du Feu » a conquis les spectateurs."

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Spectacle "La Guerre du Feu" de La Compagnie Tamèrantong!

Commenter cet article