Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Fred Paccaud "Où l'on cherche à comprendre... Rosny Aîné" in Bifrost n°47 (2007)

20 Avril 2013, 12:03pm

Publié par Fabrice Mundzik

La revue Bifrost (Le Bélial') propose dans son numéro 47 de juillet 2007 le dossier "Où l'on cherche à comprendre... Rosny Aîné", dans la série "Les Anticipateurs".

Ce dossier, signé Fred Paccaud, est très complet. En 9 pages illustrées (photos et reproductions de couvertures), il aborde les différentes facettes de l'homme et son oeuvre :"Le premier véritable géant du domaine, celui qui a donné son nom à l'un des principaux prix de la S-F moderne, Rosny Aîné, auteur dont aujourd'hui chacun s'accorde sur le caractère fondateur de l'oeuvre, une oeuvre qui, pourtant, n'est plus que très partiellement disponible et semble doucement basculer dans l'oubli."

Si ce dossier est des plus intéressants, j'y retrouve, malheureusement, les même défauts qui m'ont chatouillé à la lecture de la postface de Serge Lehman, "Une littérature plus complexe et haute" (1) : que d'inexactitudes parfois !

Fred Paccaud est un bon théoricien, sa synthèse est plaisante et agréable à lire, mais pour peu qu'on entre dans le détails bio/bibliographique ou historique, les grincements de dents commencent...

  • "Quelques années avant l'auteur anglais [H.-G. Wells], les frères Rosny décrivent l'étrange rencontre entre de hommes préhistoriques et des êtres issus d'un hypothétique règne minéral." : "Les Xipéhuz" est de J.-H. Rosny aîné et non des frères Rosny.
  • "J.-H. Rosny est le pseudonyme de deux frères qui écrivirent en 1886 Nell Horn, leur premier roman [...]" : "Nell Horn" fut écrit en 1880/1881 par J.-H. Rosny aîné et publié en 1886. De plus, la collaboration entre les deux frères n'a commencé que fin 1886 / début 1887 (avant la parution de "Le Bilatéral" en mars 1887).
  • Petit détail : "Le plus agé des frères se nomme Joseph Henri Boex [...], Rosny Aîné" : la graphie à respecter est J.-H. Rosny aîné, comme l'explique, par exemple, par Pascal J. Thomas dans "Vingt ans dans les coulisses du Prix Rosny aîné" (2).
  • Les frères Rosny "se lient notamment avec les frères Goncourt [...]" : Hum... Jules de Goncourt étant décédé en 1870, voilà qui me semble difficile... Par contre ils fréquentaient le grenier d'Edmond de Goncourt.
  • "Ils s'insurgent contre la rigidité de la doctrine Zola et signent le Manifeste des Cinq" : Le "Journal" de J.-H. Rosny aîné est très clair sur ce point, il en est le seul signataire, même si son frère cadet était informé de ce projet.
  • "Ils entrent à l'Académie Goncourt en 1900" : la première Académie Goncourt date de 1896. Elle se réunira officiellement, après quelques tourments juridiques, en 1903. Dans son testament, Edmond de Goncourt a ajouté les noms de J.-H. Rosny aîné en 1887 et J.-H. Rosny Jeune en 1891 à la liste des membres de sa future Académie.
  • "A partir de 1909, la séparation en écriture des frères Rosny [...]" : Le roman à l'origine du divorce littéraire des frères J.-H. Rosny, "Marthe Baraquin", fut publié en juillet 1908.
  • "Il publie sous le nom Joseph Henri Boex Borel [...] Les Instincts (1939) [...] ses essais [...]" : "Les Instincts" fut bien publié en 1939, mais sous le nom J.-H. Rosny aîné et il ne s'agit pas d'un essai, mais d'un roman.

A propos de la Convention littéraire de 1935, se référer au dossier "Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ?" publié dans Le Visage Vert n°23 de novembre 2013.

Heureusement que Fred Paccaud se rattrape avec une analyse très fine, dont le contenu efface cette liste d'erreurs bien trop longue pour ce type de dossier :

La survie de l'espèce, "questionnement qui ne cessera plus de hanter l'oeuvre de Rosny Aîné ; un projet trop souvent oublié, éparpillé ou résumé que l'on pourrait comprendre, à la lumière d'une étude plus large, comme une grand réflexion sur la place dans l'univers."

"Auteur complexe, qu'il paraît a posteriori facile d'intégrer dans certaines catégories littéraires, il convient cependant de le cerner dans son entier pour tenter de comprendre l'importance d'une oeuvre qui se veut totale."

"Le roman préhistorique rosnien décrit le mythe de l'homme pas son initiation au monde, dans une grande aventure au souffle épique, où le style participe totalement, par la saturation d'éléments précieux et une poétique décadente (c'est-à-dire un style surchargé)."

"Le questionnement de Rosny sur le rôle de l'homme au sein du cosmos est une idée qui parcourt transversalement son oeuvre."

Par contre rendons à César ce qui est à César : "Rejoignant le pressentiment de Serge Lehman, il est possible de reconsidérer le travail de l'auteur sur un plan macrostructurel, un immense édifice où les romans sociaux s'attachent à s'interroger sur la place de l'homme au sein de la société [...] tout ceci format la plus grand histoire de l'humanité, de ses questionnements et recherches, depuis son origine, jusqu'à sa fin.". Cette notion d'Histoire de l'humanité est bien antérieure à Serge Lehman : Jacques Bergier  avait déjà le pressentiment de cette "Épopée humaine", comme tant d'autres avant lui et ce depuis plus d'un siècle déjà !

 

(1) Serge Lehman présente "La Guerre des règnes de J.-H. Rosny aîné inclus : La Guerre du feu" (Bragelonne, Les trésors de la SF - 2012).

(2) Pascal J. Thomas dans "Vingt ans dans les coulisses du Prix Rosny aîné" in "Les Navigateurs de l'impossible - Les vingt-et-un prix Rosny aîné 1980-2000", anthologie présentée par S. Nicot & F.-A. Ruolz (I.S.F. - 2001).

Fred Paccaud "Où l'on cherche à comprendre... Rosny Aîné" in Bifrost n°47 (2007)Fred Paccaud "Où l'on cherche à comprendre... Rosny Aîné" in Bifrost n°47 (2007)

Fred Paccaud "Où l'on cherche à comprendre... Rosny Aîné" in Bifrost n°47 (2007)

Commenter cet article