Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Allusions : Gérard Klein "Préface" (2001)

20 Février 2013, 10:08am

Publié par Fabrice Mundzik

Avec tous nos plus vifs remerciements au site Quarante-Deux, quelques pages sur la Science-Fiction qui nous a autorisé à reproduire les passages cités dans cet article.

Nous avons déjà parlé dans un autre article de la nouvelle "Le drap de soie noire" de Thomas Geha (2003). Même si ce texte n'est pas le premier dans lequel le grand J.-H. Rosny aîné est transformé en personnage de fiction, il marque une étape importante car, pour la première fois, J.-H. Rosny aîné est mis en scène aux côtés d'autres grands noms du merveilleux scientifique : Régis Messac, Théo Varlet, José Moselli et H.-G. Wells. En quelque sorte, un premier pas vers le Club de l'Hypermonde imaginé par Serge Lehman et Fabrice Colin dans "La Brigade chimérique" en 2009.

Il existe un précédent, peu connu car bien caché au sein d'une préface, faisant à la fois intervenir J.-H. Rosny aîné et le commandant Driant, Freud, Charcot, Einstein, Poincaré, Hugo Gernsback, Maurice Renard, H.G. Wells, E.E. Smith, Olaf Stapledon, ainsi que Edmond de Goncourt et d'autres encore... Un exploit dû à Monsieur Gérard Klein.

 

William Gibson & Bruce Sterling "La Machine à différences"

Préface de Gérard Klein

Livre de poche nº 7231, avril 2001

 

"La France est la plus grande puissance économique, démographique, scientifique et culturelle du monde. Profitant de son hégémonie linguistique et diplomatique, elle prépare à petits pas une Union de l'Europe en laquelle Bismarck voit le seul espoir d'unification des trois cent quarante trois états allemands. Confortée par son expansion outre-Atlantique, elle évite toute autre tentation coloniale, au contraire de la Grande-Bretagne qui se ruine en Asie et en Afrique, et à laquelle elle offrira une aide enfin acceptée sous le ministère Verne, à la suite d'un mariage princier qui efface les dernières traces de la Guerre de Cent Ans. Elle est passionnée d'avenir, confiante en son destin manifeste, soucieuse d'étendre à l'univers par des voies pacifiques ses droits de l'homme et son libéralisme économique tempéré. Elle encourage les sciences, les arts et les lettres, pourvu qu'ils apportent de l'inattendu. L'anticipation est le premier genre littéraire, glorifié dans la Légende des siècles, de Victor Hugo, une épopée cosmique.

Sautons un siècle ou presque. Le commandant Driant devient le premier Ministre de la Paix. Freud s'installe à Paris, retenu par Charcot. Einstein, invité par Poincaré, reçoit une chaire au Collège de France. Dans notre considérable domaine, le Luxembourgeois Hugo Gernsback, récemment francisé par l'adhésion volontaire de son pays au Royaume et attiré par l'invention franco-italienne de l'éclateur électromagnétique, émigre en France en 1905 et y fonde en 1911 la revue Toute la radio, puis en 1926 la Revue des Fictions qui privilégie le roman scientifique et devient en 1929 la Nouvelle Revue Fiction (NRF). Gernsback lance à cette occasion le néologisme de Science-Fiction après de longues discussions avec Maurice Renard et Rosny Aîné, et malgré l'opposition des auteurs anglo-saxons, H.G. Wells, E.E. Smith et Olaf Stapledon, qui tiennent au terme de scientific romance. Rosny le fait entrer à l'Académie Goncourt qui, conformément au vœu d'Edmond de Goncourt et au goût de Rosny, couronne chaque année une œuvre innovatrice, un roman de l'avenir. À la mort de Rosny Aîné, en 1940, Gernsback devient le président de cette académie qui décernera après sa disparition le Prix Hugo."

 

Ce texte, n'étant pas une nouvelle à proprement parler, n'ôte en rien l'antériorité de "Le drap de soie noire" écrit par Thomas Geha.

Dans un monde idéal, Gérard Klein aurait poussé l'expérience jusqu'au bout pour nous proposer une nouvelle (?), un roman (?) développant cet univers qu'il a esquissé en quelques lignes bien prometteuses. Mais il faut croire que nous ne sommes pas, hélas, dans la bonne réalité. Dommage...

Cette préface à caractère uchronique est disponible dans son intéralité sur la page des Archives stellaires du site Quarante-Deux, quelques pages sur la Science-Fiction.

Gérard Klein "Préface" in "La Machine à différences" de William Gibson & Bruce Sterling (2001)Gérard Klein "Préface" in "La Machine à différences" de William Gibson & Bruce Sterling (2001)Gérard Klein "Préface" in "La Machine à différences" de William Gibson & Bruce Sterling (2001)

Gérard Klein "Préface" in "La Machine à différences" de William Gibson & Bruce Sterling (2001)

Commenter cet article