Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Allusions : Henri Vernes "La bête hors des âges" (1996) [Bob Morane]

21 Février 2013, 09:24am

Publié par Fabrice Mundzik

Après les Curie, dans "La Brigade chimérique", le jeune Albert Einstein et le Docteur Omega, dans "Annus mirabilis" de Chris Roberson, c'est au tour de Bob Morane de rencontrer "Les Xipéhuz" (ou en tout cas de les évoquer longuement).

Dans le roman "La bête hors des âges" de Henri Vernes, Bob Morane, Bill Ballantine et Coralie Fearless rencontrent un Bête qui fait dire à Bob Morane : "Moi, cette bête-là me ferait plutôt penser à un Xipéhuz…"

Cette 173ème aventure de Bob Morane a connu deux publications à ce jour :

  • Claude Lefrancq, coll. Bob Morane pocket n°BMP32 (1996)
  • Ananké, coll. Grand format n°GF25 (2012)

Voici le passage complet, dans lequel il est question des Xipéhuz, ainsi que de J.-H. Rosny aîné :

"Durant près d’une heure, ils marchèrent dans le sens où coulait la rivière. De cette façon, si le monstre tentait de la contourner par la source, ils s’éloigneraient de lui. Souvent, ils s’arrêtaient pour se tapir, observer les environs à la recherche de la Bête, mais celle-ci ne se manifestait pas.

— On dirait qu’on l’a semée, finit par dire Bill Ballantine.

— Peut-être, fit Morane, mais j’ai peur qu’elle ne nous retrouve tôt ou tard…

— Il faudrait trouver le moyen de la détruire, dit Coralie.

Geste vague de Morane.

— Facile à dire… Si seulement nous savions de quoi elle est constituée !

— Pourquoi pas d’énergie pure ? proposa Ballantine en secouant sa tignasse rousse. Ou d’énergie électrique ? Cela expliquerait sa crainte de l’eau… à cause des courts-circuits…

— Ton explication est valable, mon vieux, fit Morane. Valable, mais simpliste… Moi, cette bête-là me ferait plutôt penser à un Xipéhuz…

— Qu’est-ce que c’est que ça ? interrogea Coralie en ouvrant de grands yeux, ce qui la rendait encore plus belle, si c’était possible.

Morane sourit.

— Un nom qui pourrait vous paraître bizarre, en effet. Il est tiré d’un roman du même nom, écrit à la fin du XIXe siècle par J.-H. Rosny aîné. Dans ce roman, l’auteur imagine que, bien avant Babylone, il y a des milliers d’années de cela, des êtres étranges, les Xipéhuz, étaient apparus sur Terre pour exterminer les hommes et prendre leur place.

— D’où venaient-ils ? demanda Coralie.

— Rosny ne le dit pas, ou je ne me souviens pas qu’il l’ait écrit. Pour lui, les Xipéhuz appartenaient à un autre règne que l’homme, une vie qui s’était développée parallèlement à la race humaine. Une vie issue du règne minéral par exemple. Ils avaient la forme de cônes ou de cylindres, changeaient de couleur suivant leurs humeurs et tuaient en émettant une onde…

— Un peu comme la Bête, remarqua Coralie.

— Oui, mais les Xipéhuz, eux, étaient vulnérables. Il suffisait de toucher avec une flèche l’étoile brillante qu’ils portaient pour les tuer…

— Qui nous dit que la Bête n’est pas vulnérable ? intervint Bill. Bien sûr, elle n’a pas d’étoile comme vos Xi… je ne sais quoi…

— Xipéhuz, Bill…

— Bon… elle n’a pas d’étoile comme vos Xi… Xipé… huz…

— Oui… C’est ça…

— Mais elle doit bien avoir un défaut à la cuirasse…

— À nous de le découvrir, Bill, dit gravement Morane. De toute façon, le rapport entre notre Bête et les Xipéhuz de Rosny n’est qu’accidentel… Les Xipéhuz ne sont qu’une œuvre romanesque, sans base réelle, ne l’oublions pas… Pourtant, toute chose imaginée par l’homme a, par le fait même, une possibilité d’existence. Nous en avons la preuve avec la Bête…

— Avez-vous une idée sur son origine, Bob ? demanda Coralie. Je parle de la Bête…
Tout en parlant, les deux hommes et leur compagne continuaient à marcher en inspectant avec attention les lointains autour d’eux. Pourtant, la Bête ne se manifestait toujours pas.

— L’origine de la Bête ? fit Morane. Aucune idée précise, justement… Selon le baron Atako, elle viendrait d’au-delà les âges, mais ça ne veut rien dire… Vient-elle de quelque galaxie lointaine ? Est-elle issue d’une époque où, sur la terre, une vie intelligente parallèle à la nôtre s’est développée, basée sur un autre élément que le carbone… Je ne sais… On ne peut faire que des suppositions… Ce qui est quasi certain c’est qu’à une époque éloignée, la Bête a été enfermée à l’intérieur du volcan, où elle est demeurée endormie pendant des millénaires. Les expériences des Japonais l’ont sans doute réveillée. Là encore, il faut nous baser sur ce qu’a écrit Atako, et…

Un mugissement, assez lointain, coupa la parole à Morane. Les trois naufragés sursautèrent."

 

Extrait du Bulletin Trimestriel d'Informations du Centre de Documentation de l'Etrange de B. Goorden. Septembre 1990, Numéro 3 (17e année) :

"les amateurs de Bob Morane ("Pocket", 32) peuvent savourer sa 173eme aventure, La Bête hors des ages. Elle est d'un niveau fort honorable et met en scène une créature "Cthulhuesque", même si l'auteur fait nettement référence aux Xipéhuz de Rosny aîné."

Henri Vernes "La bête hors des âges" (1996) [Bob Morane]Henri Vernes "La bête hors des âges" (1996) [Bob Morane]

Henri Vernes "La bête hors des âges" (1996) [Bob Morane]

Commenter cet article