Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
J.-H. Rosny

Georges Maurevert – Le Premier ! (Conte antédiluvien à la manière de J.-H. Rosny) (1896)

24 Novembre 2019, 11:35am

Publié par Fabrice Mundzik

« Le Premier ! (Conte antédiluvien à la manière de J.-H. Rosny) », de Georges Maurevert, est paru dans L'Événement du 16 septembre 1896.

Cette (re)découverte archéobibliographique modifie ce que j'avais indiqué sur l'A.D.A.N.A.P. (Georges Maurevert – Le Premier (Petit conte antédiluvien) (1900)) en mars 2018 : en plus de la modification de son titre, ce conte est paru quatre années plus tôt et a été partiellement réécrit !

Le Premier !

Conte antédiluvien à la manière de J.-H. Rosny

Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison qui entoure la terre d’Hévilath où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx.

Couchés sur un tapis merveilleux de lys et d’amaryllis, à l'ombre d’un fourré de mélèzes et d’yeuses, que rafraîchissait la mélodieuse caresse d’un insidieux zéphyr, Adam et Ève parlaient d’amour, pendant que s’exhalait, mêlée aux senteurs d’invisibles encensoirs, l’âme troublante des tubéreuses.

Ils parlaient d’amour, les beaux enfants, sous l’Aither lumineux où planaient des palombes, dans le frissonnement des sistres ensorceleurs et le frisselis à peine audible des harpes séraphiques...

Ah ! ces primes étreintes !… Ce fabuleux étonnement d’être semblables et cependant de ne pas l’être !…

Adam palpait de ses mains peureuses et ravies « l’argile idéale » de sa radieuse compagne, et c’était d’incessantes surprises… et des langueurs !...

Ève promenait ses doigts curieux sur l’épiderme si blanc du mâle, admirant ingénument sa prestance et son impérieuse beauté. Ses lèvres, suivant ses doigts, se posaient çà et là, gaminement…

Adam, soudain, eut une mimique si particulièrement expressive qu’elle fit aux lys du visage d’Ève s’harmonier des roses…

— Oh ! mon chéri, voyons !… implora Eve d’une voix si exquisement dolente que, souriant, Adam insista...

Les baisers d’Eve s’égarèrent...

Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison, qui entoure la terre d’Hévilath, où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx.

Ève se cachait, à présent, dans la poitrine de l’Amant extasié ; et Adam baisait le suave et flave échevèlement.

— Mon amour !... disait-il.

La douce créature leva enfin sa face un peu confuse où s’harmoniaient idéalement des lys et des roses ; et sincère, d’une voix si nice et tendre qu'elle semblait le vloument velouté d’une aile d’oiseau menu :

— Ah ! mon chéri, dit elle, je te jure bien que tu es le premier !…

Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison, qui entoure la terre d’Hévilath, où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx.

Georges Maurevert – Le Premier ! (Conte antédiluvien à la manière de J.-H. Rosny) (1896)

Georges Maurevert – Le Premier ! (Conte antédiluvien à la manière de J.-H. Rosny) (1896)

Commenter cet article