Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
J.-H. Rosny

Allusion à Robert Esnault-Pelterie dans Les Navigateurs de l'infini

7 Août 2018, 11:39am

Publié par Fabrice Mundzik

En 1927, un Comité pour la promotion des voyages dans l’espace est fondé par Robert Esnault-Pelterie, Jean Perrin, J.-H. Rosny aîné, etc.

Lors de la première réunion de ce Comité, J.-H. Rosny aîné propose le mot "astronautique", adopté à l'unanimité, ainsi que le précise André Hirsch dans une interview :

« En 1927, à la première réunion du comité, nous avions la chance d'avoir parmi nous le président de l'Académie Goncourt qui s'appelait J.-H. Rosny aîné. Robert Esnault-Pelterie avait proposé pour cette science nouvelle, qu'il fallait bien tout de même baptiser, le nom de "sidération" par parallèle avec l'aviation. Mais nous avons trouvé le titre un peu ridicule et, après avoir proposé le mot "cosmonautique", J.-H. Rosny aîné a proposé le mot "astronautique" qui a été adopté à l'unanimité et qui, on peut le dire, a fait le tour du monde. »

Ce nouveau mot est utilisé par J.-H. Rosny aîné dans Les Astronautes, suite de Les Navigateurs de l'infini, qui ne sera publiée qu'en 1960 (ce roman avait été annoncé dès 1925).

Dans Les Navigateurs de l'infini, J.-H. Rosny aîné fait une allusion très discrète à Robert Esnault-Pelterie. Tellement discrète, qu'elle est restée inaperçue jusqu'à ce jour (sauf erreur de ma part, je n'ai pas souvenir d'avoir vu cette information auparavant...) :

« L’Espace ! Nous ne savons pas plus quelle réalité il dissimule que ne le savaient ceux qui crurent au vide ni ceux qui inventèrent des mondes à quatre, à cinq, à six, à n… dimensions, pas plus que l’Éléate, que Descartes, que Leibnitz ou notre Arénaut, conquérant de l’Interstellaire. »

J.-H. Rosny aîné parlait couramment anglais et n'hésitait pas à mélanger les prononciations françaises et anglaises. Il aimait jouer avec les mots, les sonorités et inventer de nouveaux noms à partir d'identités existantes.

Je suis persuadé, par exemple, que Eyrimah n'est autre que Marie [Borel] en verlan : MA(h)RI(y)E et que Vamireh, curieux, « va mirer » son environnement.

Partant de ce postulat, « Arénaut, conquérant de l’Interstellaire » EST Robert Esnault-Pelterie : "ar" pour le "r" de Robert, prononcé à l'anglaise + "énaut", pour Esnault. CQFD.

Théo Varlet fait aussi une allusion à Robert Esnault-Pelterie, dans La Grande panne (1930) : Robert Esnault-Pelterie est rebaptisé Hénault-Feltrie.

Lectures complémentaires :

René Sudre "La navigation interplanétaire utopie d'aujourd'hui sera-t-elle la réalité de demain ?" (1929)

Brève : J.-H. Rosny aîné et Maurice Renard rendent visite à Robert Esnault-Pelterie (1938)

Alexandre Anannoff "Plaidoyer pour L'Astronautique" (1945)

Allusion à Robert Esnault-Pelterie dans Les Navigateurs de l'infini

Allusion à Robert Esnault-Pelterie dans Les Navigateurs de l'infini

Commenter cet article