Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

2 Octobre 2014, 11:35am

Publié par Fabrice Mundzik

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

Portrait de Ferdinand Cormon, extrait de "Trois candidats à la Société des Artistes français". Cet article, signé Valensol, fut publié dans Le Petit Parisien du 18 janvier 1904.

Les deux autres candidats étaient Emmanuel Frémiet et Henri Nénot.

Fernand Cormon

M. Fernand-Anne Piestre, dit Cormon, vit le jour à Paris, le 23 décembre 1845 [il est, en réalité, né le 22 décembre 1845 et décédé le 20 mars 1924. Voir document ci-dessous].

Il frise donc la soixantaine. Mais, est-ce que l'art conserverait la juvénilité de ses fervents ? Il ne les parait guère.

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

Petit, maigre, brun, toujours affairé, vêtu à la diable d'une redingote souvent trop large, une petite cravate noire tordue en ficelle sous un faux col droit trop bas, coiffé d'un chapeau haute forme dont le modèle fut à la mode vers 1880, un parapluie sous le bras, M. Fernand Cormon, peintre de préhistoire, offre aux curieux de personnalités une silhouette difficilement oubliable.

Ce peintre heureux débuta sagement sous les auspices de Cabanel, de Fromentin et de Portaëls.

En 1870. une peinture de bon élève, les Noces de Nibelungen, lui valut une troisième médaille. Sita, en 1873, lui fit monter d'un degré l'échelle des honneurs. La Mort de Ravana, roi de Lanka, lui fit obtenir le prix du Salon.

Il exécuta à l'Exposition de 1878 un plafond qui n'était point remarquable. Il connut enfin un vrai succès au Salon de 1880 avec une œuvre de préhistoire (aujourd'hui au Luxembourg), ce sauvage Caïn qui chemine, à travers un effroyable paysage, vers la plaine terrible où s'élèvera la ville maudite Hénockia.

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

Puis il peignit des Fleurs qui n'ajoutèrent rien à sa gloire, exécuta un Retour de chasse à l'ours placé au musée archéologique de Saint-Germain, qui établit définitivement sa réputation de peintre de l'âge de pierre, et suscita peut-être les romans des frères Rosny.

Un Déjeuner d'amis, en 1886, fut froidement accueilli. Les Vainqueurs de Salamine, malgré de vraies qualités de vie, de couleur et de mouvement, furent fort critiqués.

Mais, en 1898, l'artiste réunit tous les suffrages avec sa décoration pour l'amphithéâtre du nouveau pavillon d'histoire naturelle au jardin des Plantes c'est, d'ailleurs, une œuvre remarquablement belle et qui exigea de ta part de son auteur un immense effort...

En 1900, M. Fernand Cormon exécuta un plafond pour le pavillon central des colonies françaises....

Peintre, membre de l'Institut, officier de la Légion l'honneur, M. Cormon recueillera sans doute des voix assez nombreuses...

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

Valensol "Ferdinand Cormon" (1904)

Commenter cet article