Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Michel Arnauld "Rosny et Wells" (1912)

24 Janvier 2014, 15:26pm

Publié par Fabrice Mundzik

"Rosny et Wells", signé Michel Arnauld, fut publié dans La Nouvelle Revue française. On le retrouve dans le Tome VIII de juillet-décembre 1912.

Notes : Rosny et Wells.

La Guerre du Feu, récit préhistorique, diffère peu de Vamireh par le sujet et par le plan. On y voit encore un héros primitif, supérieur en ruse, en adresse, en audace aux sauvages de sa tribu, et parvenant, après d’interminables luttes, au but vers lequel s’est tendue son obscure et tenace pensée. Il n’en faut pas plus pour que nos adolescents aient quelques heures l’illusion de vivre au temps de la pierre taillée, et frémissent aux aventures des ancêtres. D’ailleurs, en reprenant ce thème, Rosny ne s’est pas imité lui-même ; plutôt il s’est replongé avec joie, avec fougue, dans le courant de ses inventions anciennes ; il s’est ému tandis qu’il décrivait le larcin du feu, la bataille avec les Hommes Rouges, la mort du tigre et du lion, le combat final du héros contre les amants rivaux. Docile à ces émotions, j’ai lu ce livre comme un enfant, pour le plaisir. Et j’y resonge, en lisant le savant livre de Dürckheim sur Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Voici des sauvages tout différents : hantés de représentations mystiques, accablés de rites et d’interdits, unis entre eux et séparés des choses par une chaîne d’illusions qui renforce le lien social. Cette forme de vie, nous dit-on, pouvait seule préparer de loin la science, et l’art, et toutes les plus hautes fonctions humaines. Peut-être quelque épopée unanimiste nous fera-t-elle quelque jour sympathiser avec cette "conscience de clan". Mais je préfère une fiction qui nous fait participer à l’effort des individus. Et comment ne pas supposer qu’à toute époque les vrais inventeurs, les vrais chefs, bien que fortement soutenus par les croyances collectives, ont su parfois s'en dégager pour prendre un contact direct avec le Fait, chercher dans la nature même les forces et les résistances, et dresser contre elles leur propre énergie.

Le même écrivain, dans La Mort de la Terre, nous montre les derniers hommes périssant non par le froid, mais par l'affreuse sécheresse, tandis que s'annonce à leur place le règne des Ferro-magnétaux. Ces monstres minéraux nous intéresseraient autant que firent jadis les Xipéhuz, s'il ne leur manquait la mobilité, la volonté agressive, capables d'engager l'homme à des stratagèmes nouveaux. Dans sa préface, Rosny se défend avec courtoisie d'avoir été le précurseur de Wells, et cherche dans le contenu de ses inventions, les différences qui le distinguent de l'écrivain anglais. Sans peine on en trouverait d'autres. Si Wells l'emporte, me semble-t-il, par la logique et par l'humour, l'intelligence de Rosny s'accompagne d'une plus large sympathie. Tous deux d'ailleurs, à force de voyager à travers l'espace et le temps, à force d'imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, ont acquis ce qu'on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ; et ce tour d'esprit se marque jusque dans leurs romans modernes. Ni négateurs ni sceptiques, prenant l'existence au sérieux, ils ne raillent point l'effort que font les hommes pour organiser leur vie collective. Mais ils savent qu'une forme organique ne peut manquer de changer, à mesure que se modifient les éléments qu'elle tient assemblés ; ils sentent, et nous font sentir, le caractère relatif de nos lois, de nos croyances, de nos mœurs. Cette façon de grave ironie risque d'affoler tous ceux qui sont prêts à douter de l'ordre, dès qu'ils ne le croient pas immuable. Mais elle corrige heureusement le dogmatisme de tels politiques ou moralistes qui érigent en lois éternelles les conditions d'un équilibre passager.

Michel Arnauld

Michel Arnauld "Rosny et Wells" in La Nouvelle Revue française Tome VIII (juillet-décembre 1912)

Michel Arnauld "Rosny et Wells" in La Nouvelle Revue française Tome VIII (juillet-décembre 1912)

Commenter cet article