Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

J.-H. Rosny aîné dans les Cahiers des Amis de Han Ryner, nouvelle série, n°11 (1948)

28 Janvier 2014, 10:04am

Publié par Fabrice Mundzik

Merci à Clément Arnoult (voir le Blog dédié à Han Ryner) pour la transmission de ces documents et informations.

Plusieurs documents en lien avec J.-H. Rosny aîné se trouvent dans les Cahiers des Amis de Han Ryner, nouvelle série, n°11 (3e trimestre 1948).

Tout d'abord un extrait de "Han Ryner et « Les Loups »", par J.-H. Rosny aîné, un article qui fut publié à l'origine dans La Dépêche de Toulouse du 16 mars 1938 :

PORTRAITS DE HAN RYNER

Tant que je n'ai pas connu visuellement Han Ryner, je ne pouvais le lire sans évoquer Han d'Islande, ce roman du jeune Hugo, bien peu connu des générations vivantes et qui pourrait être une œuvre saisissante, dépouillée de ses niaiseries : vaille que vaille, il excita l'imagination toute fraîche de ma treizième année. Ce qu'il évoquait ! la caverne, le sang des victimes que Han buvait dans un crâne, la force inouïe du petit homme, sa férocité implacable, son duel avec le mineur géant, enfin un flot d'images primitives, l'invasion d'un Nord sauvage, d'une vie farouche et souterraine.

A première vue, Han Ryner s'accordait assez bien avec Han de la caverne, par sa barbe broussailleuse, ses cheveux vagabonds, son regard aigu. Mais bientôt, la barbe en broussaille se muait en barbe d'apôtre et de philosophe, le visage tourmenté symbolisait un anarchiste tendre, plein de miséricorde, d'amour du prochain, puisant en soi-même son idéal, voulant la paix pour tout le monde [...]

A la fin des banquets, quand il rejetait sa tête en arrière et avançait sa barbe capricieuse, l'air inspiré, les Loups l'accueillaient par trois hurlements d'honneur et d'admiration qui effaraient les consommateurs des salles voisines.

Et il allait, il allait, inépuisable, pittoresque, abstrait et concret, parfois plaintif, parfois pathétique.

Et lorsqu'il s'asseyait, de nouveaux hurlements ébranlaient les vitres.

J.-H. ROSNY aîné.

Dans le compte-rendu de la « Réunion des Amis au Salon Idéiste » :

Le 6 novembre, nous nous sommes retrouvés au « Petit Salon du Montparnasse » [...] A 16 heures, la salle de réunion est bondée, et notre Président Florian-Parmentier ouvre la séance littéraire [...]

Marcel Millet commence une éblouissante causerie. Il est inépuisable en anecdotes ; il sait les mettre en valeur, les faire vivre. D'abord il évoque l'immense figure de Rosny aîné. Et voici qu'arrive un peu en retard, M. Robert Borel-Rosny, le petit-fils du héros de cette fête. Il conte avec émotion des souvenirs sur son grand-père, et nous annonce la constitution d'une « Société des Amis de J.-H. Rosny aîné » (1), qui aidera à la publication des œuvres posthumes de ce puissant cerveau, et veillera sur sa mémoire. Notre Président associe les « Amis de Han Ryner » à cette œuvre de justice littéraire. Puis c'est le tour de Théo Varlet, poète et romancier méconnu, esprit aventureux, libre, prophétique. Millet nous dit avec une fougue précise le « Nom Serviam » altier du poète […]

Nous entendons encore, par la voix de Magdeleine Pierval, des pages colorées de Rosny, sensible et varié dans son talent et son génie [...]

(1) Aucune trace de cette « Société des Amis de J.-H. Rosny aîné » n'a été retrouvée...

 

A lire aussi :

DOSSIER : J.-H. Rosny et Han Ryner (Henri Ner)

Han Ryner "J.-H. Rosny" in Les Hommes du jour (1910)

Vidéo de Han Ryner (Henri Ner) et J.-H. Rosny aîné vers 1920

J.-H. Rosny aîné "Hommage à Han Ryner" (1920) in Cahiers des Amis de Han Ryner, nouvelle série, n°90 (1968)

Allusions : Henri Guilac "Bonshommes de Lettres" (1924)

et sur le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière :

Han Ryner - Parabole (1918)

J.-H. Rosny aîné dans les Cahiers des Amis de Han Ryner, nouvelle série, n°11 (1948)

J.-H. Rosny aîné dans les Cahiers des Amis de Han Ryner, nouvelle série, n°11 (1948)

Commenter cet article