Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Le Carillon du boulevard Brune n°2 (1893)

8 Novembre 2013, 09:36am

Publié par Fabrice Mundzik

Le Carillon du boulevard Brune n°2, Bulletin bibliographique de la "Collection Guillaume", fut publié en 1893.

Le directeur de la revue est J. de Boriana, secrétaire de la rédaction du journal Le Bambou : il s'agit d'un alias de J.-H. Rosny aîné. De ce fait, certains textes non signés sont, peut-être, de sa main (ou de celle d'Edouard Guillaume ?).

Sommaire :

Anonyme - Avis

J. de Boriana - Nos auteurs : Alphonse Daudet

Anonyme - Bibliographie (Vient de paraître : Le Bambou n°V ; Oeuvres complètes T.IV, de Molière ; Michaïl, de Tolstoï, traduit par le Prince Karageorgevitch)

Anonyme - Echos

Anonyme - Petite correspondance

J.-H. Rosny - La Captation

Anonyme - Liste des nouveaux ouvrages

Les "Echos" indiquent : "Nous continuerons à faire connaître aux lecteurs du Bambou ce côté si puissant du talent de J.-H. Rosny (1). En attendant, les abonnés du Carillon nous saurons gré de leur donner de temps à autre quelques contes publiés précédemment. Nous commençons aujourd'hui par La Captation, nouvelle parue dans le Figaro Littéraire.

(1) Voir Erymah, par J.-H. Rosny, dans les cinq premiers numéros du Bambou.

Deux gravures sont extraites de Le Bambou. Elles correspondent à un article signé Souryâ : "Les Courses" paru dans le n°5 de mai 1893.

Souryâ est un pseudonyme utilisé par J.-H. Rosny aîné.

Il faut aussi noter, dans la "Petite correspondance", la réponse suivante :

M. A. G., à Nantes. — Vous brûlez...! Soldanelle est, en effet, une de nos célébrités. Nous ne pouvons trahir son incognito — car il veut que ses causeries soient goûtées sans qu'il ait besoin de s'appuyer sur son renom. Nous ne pouvons qu'obtempérer respectueusement à sa volonté. Plus tard, il se dénoncera lui-même.

Jacques Soldanelle est un autre nom de plume utilisé par les frères J.-H. Rosny.

Terminons en précisant que "La Captation" fut republié en 1919 sous le nom J.-H. Rosny aîné, nous pouvons donc lui attribuer la paternité de ce texte, même s'il n'est pas listé dans la Convention littéraire de 1935.

A ce sujet, se référer au dossier "Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ?" publié dans Le Visage Vert n°23 de novembre 2013.

Le Carillon du boulevard Brune n°2 (1893)

Le Carillon du boulevard Brune n°2 (1893)

Commenter cet article