Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.-H. Rosny

Joseph Altairac "Jacques Bergier - L'aube du magicien Vol. I" (Œil du sphinx - 2008)

12 Février 2013, 18:58pm

Publié par Fabrice Mundzik

C'est au travers d'échanges avec Joseph Altairac, sur différents Forums (terme acceptable et accepté, de plus je n'aime pas "fora" ) tels que BDFI ou ActuSF, que s'est développé mon intérêt pour les frères Rosny. En fait, pour être précis, c'est même "à cause" de lui !

Je connaissais l'aîné pour sa production conjecturale et préhistorique, beaucoup moins le cadet, et quasiment pas les écrits publiés sous d'autres pseudonymes. D'où quelques recherches, afin de trouver des réponses aux nombreuses questions qui pouvaient se poser (certaines se posent encore, d'ailleurs...).

Lors d'un échange sur le Forum BDFI, à propos de l'attribution d'un texte préhistorique à l'aîné, alors qu'il avait été écrit conjointement, Joseph Altairac aiguisa ma curiosité en me répondant que les frères Rosny s'étaient mis d'accord "au moment de leur divorce littéraire, quant au nom sous lequel devait paraître les rééditions  d'oeuvres écrites du temps de leur signature commune".

Ce fait m'était inconnu et ce n'est que bien plus tard que j'ai enfin pu obtenir une copie de cette Convention littéraire de 1935. Document ô combien essentiel pour appréhender, dans son ensemble, l'oeuvre rosnyienne. Ma quête archéobibliographique a véritablement commencé ce jour là...

A ce sujet, se référer au dossier "Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ?" publié dans Le Visage Vert n°23 de novembre 2013.

Il faut dire que Joseph Altairac use de raccourcis (sans en abuser) qui ont tendance à exacerber l'envie d'en savoir plus : "Apparemment, seuls les textes signés Rosny Jeune sont entièrement de Rosny Jeune". Trop simple comme réponse, pour moi en tout cas !

Plus tard sur le Forum d'ActuSF, les discussions tournèrent autour de l'intérêt de l'oeuvre rosnyienne hors SF et récits préhistorique, sujet sur lequel nous n'étions pas d'accord. Et c'est tant mieux, les échanges n'en sont que plus intéressants.

Mais, hormis ces discussions par écrans interposés, je lui dois aussi la prise de contact avec un autre passionné d'envergure : Guy Costes. Les deux complices nous ont offert une "Bibliographie commentée des mondes souterrains imaginaires" : "Les Terres creuses", publiée en 2006, somme indispensable à tout chercheur. Les discussions avec Guy Costes sont très instructives et motivantes, il a le don de mettre le doigt sur le petit détail auquel on avait pas pensé et qui implique de nouvelles recherches.

Mais Joseph Altairac c'est aussi de nombreuses heures de lectures au travers d'articles, de chroniques (je me régale tous les matin sur Facebook avec "Café, SF, et assimilés (même de très loin…)" que je suivais auparavant sur ActuSF) ou d'ouvrages.

En parlant d'ouvrage... Sur ActuSF, Joseph Altairac m'avait conseillé l'année dernière de me plonger dans les chroniques de Jacques Bergier, suite à une de mes questions sur la postface de Serge Lehman publiée dans "La Guerre des Règnes de J.-H. Rosny aîné, inclus La Guerre du feu"  (2012). Ce que j'ai fait en achetant "Jacques Bergier - L'aube du magicien Vol. I", une anthologie réalisée par Joseph Altairac et publiée en 2008 par les éditions de l'Œil du sphinx.

Cet ouvrage nous indique que pour  Jacques Bergier :

"l'Épopée de Rosny aîné commence avec un livre écrit en 1888, Les Xipéhuz (1). Cette œuvre extraordinaire se déroule dans un passé plus lointain même que la préhistoire [...] Après Les Xipéhuz, Rosny s'attaque à la préhistoire [...] De La Guerre du Feu, l'Épopée de Rosny passe directement à notre époque [...] Puis, l'épopée s'engage résolument dans notre avenir [...] Sautant enfin des centaines de millénaires avec La Mort de la Terre, Rosny nous décrit la lutte des derniers hommes".

"Après la mort de Dumas, l'idée ambitieuse d'écrire l'Épopée humaine dans l'espace et dans le temps a tenté bien des écrivains. De deux d'entre eux seulement, on peut dire qu'ils ont réussi : le Français J.H. Rosny aîné et l'Anglais William Olaf Stapledon."

En ces termes, Jacques Bergier s'inscrit dans la lignée de Gaston Deschamps (1895), Jean Ernest-Charles (1902),  Florian-Parmentier (1914),  Gustave Geffroy (1925), Georges Normandy (1930) et  Henri Clouard (1948) qui avaient déjà le pressentiment de cette "Épopée humaine". L'idée sera reprise et développée par la suite : Pierre Moreau (1961), Jean-Baptiste Baronian (1973), Gérard A. Jaeger (1986)Éric Lysøe (1993),  Gérard Klein (2006) et dernièrement par Serge Lehman (2012). Le hiatus dans les années 50 est désormais comblé grâce à Monsieur Altairac qui a republié cette chronique de Jacques Bergier sur J.-H. Rosny aîné datée de 1955.

Joseph Altairac m'a beaucoup appris et apporté (et ce n'est pas fini !). Il faut savoir reconnaître ses dettes : je le remercie donc publiquement, c'est la moindre des choses.

Vivement demain matin pour une de ses nouvelles chroniques : ma cafetière est déjà prête !

(1) Petite erreur : première publication en 1887.

Joseph Altairac "Jacques Bergier - L'aube du magicien Vol. I" (Œil du sphinx - 2008)
Joseph Altairac "Jacques Bergier - L'aube du magicien Vol. I" (Œil du sphinx - 2008)

Joseph Altairac "Jacques Bergier - L'aube du magicien Vol. I" (Œil du sphinx - 2008)

Divers ouvrages de Joseph AltairacDivers ouvrages de Joseph AltairacDivers ouvrages de Joseph Altairac

Divers ouvrages de Joseph Altairac

Commenter cet article

Mogenet 15/02/2013 11:36

Mais je me trompais...

Mogenet 15/02/2013 11:35

Je croyais que Stapledon était écossais...